À l'entrée de Blida, 8 janvier 2011 - wikimédia
Dans le même numéro

« Vous avez mangé le pays ! »

Revendications socio-économiques et politisation en Algérie (2011-2019)

juin 2019

Il faut souligner la nature politique des revendications algériennes et leur inscription dans l’histoire révolutionnaire de l’Algérie. Reléguées dans le champ social par la répression politique, ces revendications ont pu converger et surgir à l’occasion de l’élection présidentielle de 2019. Mais l’exemple tunisien montre que tout changement institutionnel doit s’accompagner de mesures sociales.

La finale de la coupe est le match de football le plus important de l’année en Algérie. En ce premier mai 2018, pourtant, l’attention des supporteurs de la Jeunesse sportive de Kabylie n’était pas tournée vers le terrain, où leur équipe s’apprêtait à affronter l’USM Bel Abbès. Durant la cérémonie d’avant-match, une pluie d’injures s’abattit plutôt sur la tribune d’honneur, où avaient pris place plusieurs figures du régime, dont le Premier ministre Ahmed Ouyahia, accusées d’avoir ruiné le pays. Le portrait d’Abdelaziz Bouteflika fut rapidement évacué de la pelouse. C’est peu dire que le ressentiment était déjà vif. Pourtant, la plupart des observateurs, l’auteur de cet article inclus, ont été surpris par l’élan révolutionnaire ayant débuté en février 2019.

En attendant les premiers retours du terrain, il est trop tôt pour se lancer dans une étude fine du mouvement (Hirak) en cours en Algérie. Il est toutefois utile de revenir sur la décennie passée afin de saisir les origines d’une mobilisation exceptionnelle par ses formes autant que par ses discours. En parlant de «réveil algérien

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Thomas Serres

Maître de conférences en science politique à l’université de Californie, Santa Cruz, il vient de publier L’Algérie face à la catastrophe suspendue (Irmc/Karthala, 2019).

Dans le même numéro

Dans un dossier sur « Le soulèvement algérien », coordonné par Hamit Bozarslan et Lucile Schmid, Esprit salue un mouvement non violent de revendication démocratique qui vise à en terminer avec un régime autoritaire et corrompu. Le souci de dignité permet aux Algériens de renouer avec leur conscience historique. À lire aussi dans ce numéro : un entretien avec Karol Modzelewski, un hommage à Pierre Hassner et une philosophie de l’événement.