Manifestation le 9 juin 2019 à Béjaïa | Wikimédia
Dans le même numéro

Algérie : des mal morts aux bien vivants

mars 2020

La colonisation, puis l’indépendance qui la prolonge en fait, a accablé le corps collectif algérien. Il se soulève aujourd’hui, renouant avec son histoire et ses morts, afin d’inventer un projet politique citoyen.

Depuis le 22 février 2019, l’espace public algérien est devenu le lieu où s’exerce l’invention plurielle d’une nouvelle modalité du politique, ce que l’on pourrait appeler démocratie. Désormais, celle-ci n’est ni un mot-valise, ni un modèle importé. Elle est un exercice du vivre-ensemble, une esthétique des corps qui ouvre le champ des possibles et surtout un dire qui se déploie, divers dans ses écritures et les langues qui le portent. En ce jour chômé pour cause de prière, le vendredi, il se produit un immense changement de paradigme. « Vendredire » se déploie comme une prière laïque, qui s’adresse non pas à Dieu, mais au politique qui ordonnait et asservissait, pour rendre possibles un avenir pour ses enfants, et donc un héritage.

Une prière laïque

Les fonctions de Dieu et du pouvoir politique ne seraient-elles pas sur le point de se redistribuer autrement dans le lien social ? La citoyenneté mise en acte par le Hirak (« mouvement ») semble opérer une soustraction du religieux au sein du politique. Une société civile ne peut en effet se construire sans un rapport libéré à la parole et à la pensée pour chaque individu. La réhabilitation du sujet citoyen est dan

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Karima Lazali

Psychanalyste, elle vient de publier Le Trauma colonial (La Découverte, 2018).

Dans le même numéro

Le dossier, coordonné par Bernard Perret, regrette que la prise de conscience de la crise écologique ait si peu d’effet encore sur la science et les réalités économiques. C’est tout notre cadre de pensée qu’il faudrait remettre en chantier, si l’on veut que l’économie devienne soutenable. À lire aussi dans ce numéro : survivre à Auschwitz, vivre avec Alzheimer, le Hirak algérien, le jeu dangereux entre l’Iran et les États-Unis et un entretien avec les réalisateurs de Pour Sama.