Dans le même numéro

Maroc : des élections ambiguës

Les élections législatives marocaines du 7 septembre 2007 ont été les deuxièmes du règne du roi Mohammed VI. Au retour des vacances d’été, la semaine ayant précédé ces élections a suscité en France de nombreux articles de presse. Pourtant, conformément au suivi des scrutins décourageants dans le monde arabe, la presse s’est faite plus discrète au lendemain des élections. Alors que, de manière anticipée, les islamistes légalistes du Parti de la justice et du développement (Pjd) avaient été donnés gagnants, l’information a retenu leur défaite au profit du parti nationaliste de l’Istiqlal, sans plus. Si le traitement de ces résultats a donné lieu à divers commentaires, c’est moins la gêne qui a présidé à cette discrétion que la difficulté d’interprétation d’un scrutin atypique.

La proclamation chiffrée des résultats officiels, la nomination d’Abbas el Fassi, chef de l’Istiqlal, au poste de Premier ministre, et la constitution, à la mi-octobre, d’un gouvernement de coalition excluant le Pjd, permettent a posteriori une relecture plus aisée. Il demeure que ce scrutin peut être lu de deux manières opposées. La première est positive quant au formalisme démocratique en lui-même. La seconde est plus inquiétante si l’on inter

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

VERMEREN Pierre

Dans le même numéro

Le corps du président et ses personnages
Enfant de Neuilly, enfant de la télé
Les mises en scène de la réussite
Zèle compassionnel et promotion des victimes
"Opération Ouverture"
Immigration et identité nationale
La politique étrangère, entre valeurs et puissance