Yanick Lahens | Collège de France
Dans le même numéro

Le partage du peu

janv./févr. 2020

Yanick Lahens est une écrivaine haïtienne dont l’œuvre romanesque explore les différentes facettes de la vie sur son île-carrefour, en créole et en français. Bain de Lune, publié par Sabine Wespieser Éditeur, comme la plupart de ses livres, a reçu le prix Femina en 2014. Yanick Lahens a occupé la chaire Mondes francophones du Collège de France durant l’année 2018-2019.

Vous confiez dans Failles, récit consacré aux jours qui ont suivi le séisme du 12 janvier 2010 à Haïti : «J’essaie en ces jours difficiles d’accumuler un peu de cette force pour transcender l’événement et arriver de nouveau vers mes lecteurs avec des mots qui sauront les toucher comme des mains[1] Quelle est cette force dont vous parlez ? Quelle est cette caresse des mots ? Et comment saurait-elle toucher et transcender à la fois ?

Je crois très profondément qu’il y a une force que l’on acquiert au voisinage du peu et du partage du peu. Et en ce qui me concerne, même si je n’ai jamais connu la précarité. Il suffit d’en prendre conscience à un moment et d’essayer d’ajuster sa propre vision de la vie à cet entour. La manière dont la majorité des hommes, des femmes et des enfants arrivent à tracer une existence envers et contre tout me semble une leçon de force. Et l’événement du séisme lui-même avec son caractère exceptionnel n’a fait que me confirmer cette capacité à exister.

Plus qu’une capacité, j’ai écri

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Yanick Lahens

Écrivaine haïtienne, elle vient de publier L'Oiseau Parker dans la nuit et autres nouvelles (Sabine Wespieser,2019).

Dans le même numéro

L'universel est à nouveau en débat : attaqué par les uns parce qu'il ne serait que le masque d'une prétention hégémonique de l'Occident, il est défendu avec la dernière intransigeance par les autres, au risque d'ignorer la pluralité des histoires et des expériences. Ce dossier, coordonné par Anne Dujin et Anne Lafont, fait le pari que les transformations de l'universel pourront fonder un consensus durable : elles témoignent en effet de l'émergence de nouvelles voix, notamment dans la création artistique et les mondes noirs, qui ne renoncent ni au particulier ni à l'universel. À lire aussi dans ce numéro : la citoyenneté européenne, les capacités d'agir à l'ère numérique, ainsi que les tourmentes laïques, religieuses, écologiques et politiques.