Notes de lecture

Dans le même numéro

De Gaulle et les grands d'Éric Branca

juin 2020

Charles de Gaulle, le Connétable, comme on l’appela à Londres dès juin 1940, après son fameux appel du 18 juin, fut un personnage hors normes dans une époque qui n’en était pas avare. Qu’ils soient dictateurs (Hitler, l’ennemi absolu, Staline, l’ogre du Kremlin, auquel il résista en décembre 1944, à Moscou, au sujet du gouvernement polonais, Tito, auquel il n’a jamais pardonné l’assassinat de Mihailovic, celui qui aurait pu être le de Gaulle serbe, Franco, ou les secrets d’un dictateur auquel il a rendu visite après son départ de l’Élysée en 1969, Mao, ou le grand rendez-vous manqué, Nasser, le disciple du Nil, qu’il n’a jamais rencontré), chefs d’État ou de gouvernements démocratiques (Churchill, l’irremplaçable, Roosevelt, le faux allié, Kennedy – « son histoire, c’est la mienne », a dit de Gaulle, qui échappa à trois attentats), pape (Jean XXIII, que de Gaulle avait fait élire en 1958 ou le rêve concordataire), leaders d’États nouveaux (Ben Gourion, l’ami averti, Houphouët-Boigny ou la Françafrique) ou partenaires privilégiés (Adenauer, ou la tentation carolingienne, Nixon, un gaulliste à la Maison Blanche), tous entretinrent

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Perrin, 2020
426 p. 23 €

Eugène Berg

Eugène Berg, né le 23 septembre 1945, est un essayiste et diplomate français. Spécialiste de la Russie et du Pacifique, il a notamment publié Non-alignement et nouvel ordre mondial (1980).

Dans le même numéro

L’anthropologie du don de Marcel Hénaff, ainsi que son éthique de l’altérité et sa politique de la reconnaissance, permettent de penser les limites de la marchandisation, le lien entre les générations et les transformations urbaines. À lire aussi dans ce numéro : l’image selon Georges Didi-Huberman, l’enseignement de la littérature, la neuropédagogie, l’invention de l’hindouisme, l’urgence écologique et la forme poétique de Christian Prigent.