Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Notes de lecture

Dans le même numéro

Contre les femmes d’Abram de Swaan

La montée d’une haine mondiale Trad. par Bertrand Abraham

janv./févr. 2022

Dans nos sociétés des droits, ceux des femmes auraient-ils déjà pris l’ascendant au point de provoquer le malaise et la souffrance des hommes ? C’est l’opinion récente d’une écrivaine qui avait décrit naguère sa « vie sexuelle » heureuse… grâce aux hommes. Aux dimensions du monde, cette idée est à l’évidence risible. Créant un effet de cumul, le tableau à multiples entrées qu’Abram de Swaan dresse de la haine contre les femmes est en effet effrayant, et le constat de l’inégalité subsistante entre hommes et femmes et entre conditions féminines dans le monde est sans appel. Les terres de l’émancipation et des droits bien établis des femmes passeraient presque pour des îlots. C’est ce qui ressort d’abord de ce livre assez factuel, construit en trois parties : une description des violences physiques et autres du patriarcat contre les femmes à tous les âges de leur vie ; l’ascension du rôle et du droit des femmes dans tous les secteurs de la vie et du travail dans le monde actuel ; la montée d’une nouvelle haine contre elles pour s’opposer, par tous les moyens, aux acquis dont elles ont bénéficié malgré de multiples résistances. Sont visés dans cette dernière partie avant tout les extrémismes politiques de droite et les mouvances religieuses les plus conservatrices (des Églises chrétiennes, l’intégrisme juif, le djihadisme bien sûr, voire l’islamisme, mais aussi des formes de machisme culturel et de domination sociale persistante). L’auteur s’oppose pour l’essentiel aux explica

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Seuil, 2021
368 p. 22 €

Jean-Louis Schlegel

Philosophe, éditeur, sociologue des religions et traducteur, Jean-Louis Schlegel est particulièrement intéressé par les recompositions du religieux, et singulièrement de l'Eglise catholique, dans la société contemporaine. Cet intérêt concerne tous les niveaux d’intelligibilité : évolution des pratiques, de la culture, des institutions, des pouvoirs et des « puissances », du rôle et de la place du…

Dans le même numéro

Comment écrire l’histoire des marges ? Cette question traverse l’œuvre de Michel de Certeau, dans sa dimension théorique, mais aussi pratique : Certeau ne s’installe en effet dans aucune discipline, et aborde chaque domaine en transfuge, tandis que son principal objet d’étude est la façon dont un désir fait face à l’institution. À un moment où, tant historiquement que politiquement, la politique des marges semble avoir été effacée par le capitalisme mondialisé, l’essor des géants du numérique et toutes les formes de contrôle qui en résultent, il est particulièrement intéressant de se demander où sont passées les marges, comment les penser, et en quel sens leur expérience est encore possible. Ce dossier, coordonné par Guillaume Le Blanc, propose d’aborder ces questions en parcourant l’œuvre de Michel de Certeau, afin de faire voir les vertus créatrices et critiques que recèlent les marges. À lire aussi dans ce numéro : La société française s’est-elle droitisée ?, les partis-mouvements, le populisme chrétien, l’internement des Ouïghours, le pacte de Glasgow, et un tombeau pour Proust.