Notes de lecture

Dans le même numéro

Histoire des Polonais en France d'Yves Frey

mars 2019

La mémoire paresseuse et complaisante s’arrange volontiers du passé. Par contraste avec l’intégration des immigrés maghrébins et africains arrivés depuis les années 1960-1970, marquée par des tensions, des complications et des polémiques multiples, les immigrations italiennes et polonaises sont aujourd’hui facilement idéalisées. L’histoire réelle ne confirme pas ces vues. L’intégration des Polonais notamment n’a pas été sans douleur ni contradictions. Juste après la Grande Guerre, elle est sollicitée et encouragée par la France, qui a un besoin criant de main-d’œuvre. Ils sont les travailleurs les plus souhaités, après les Italiens et avant les Tchèques. Dans la convention signée avec la Pologne en septembre 1919, c’est la France qui dicte les conditions d’accueil. Ils sont 48 000 en 1921 et 500 000 en 1931. Une fois arrivés, en particulier dans le nord et l’est de la France, les « Polaks » vivent l’odyssée des immigrés de travail : le traitement comme une « marchandise », l’administration comme « étranger » (non national et non citoyen), les conditions matérielles et morales rudes, la solitude, l’installation définitive sans le vouloir ni le

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Le Détour, 2019
224 p. 18 €

Jean-Louis Schlegel

Philosophe, éditeur, sociologue des religions et traducteur, Jean-Louis Schlegel est particulièrement intéressé par les recompositions du religieux, et singulièrement de l'Eglise catholique, dans la société contemporaine. Cet intérêt concerne tous les niveaux d’intelligibilité : évolution des pratiques, de la culture, des institutions, des pouvoirs et des « puissances », du rôle et de la place du…

Dans le même numéro

Coordonné par Jean-Yves Potel, le dossier analyse le succès du gouvernement du Parti Droit et justice (PiS) en Pologne. Récupérant un mécontentement semblable à celui que l'on perçoit ailleurs en Europe, le régime s'appuie sur le discrédit des élites libérales et le rejet des étrangers pour promouvoir une souveraineté et une fierté nationale retrouvées. Il justifie ainsi un ensemble de mesures sociales mais aussi la mise au pas des journalistes et des juges, et une posture de défi vis à vis des institutions européennes, qu'il n'est pas pour autant question de quitter. À lire aussi dans ce numéro : les nouveaux cahiers de doléance en France, l’emprise du numérique, l’anniversaire de la révolution iranienne, l’antisémitisme sans fin et la pensée écologique.