Notes de lecture

Dans le même numéro

Jours anciens de Michel Winock

janv./févr. 2021

Dans Jeanne et les siens (Seuil, 2003), M. Winock avait déjà parlé de sa famille, de sa mère en particulier, à partir du journal laissé par son frère aîné. Il le prolonge avec Jours anciens, où il relate sa propre vie « enfantine et adolescente » et « catholico-banlieusarde ». On connaît sa maîtrise du récit historique, l’éloge n’est donc plus à faire de celui-ci, vif, vivant, parfois grave, souvent humoristique, avec de l’autodérision et bénéficiant de la science de l’historien. Mais l’intérêt est peut-être ailleurs : il vient du bout d’histoire sociale au sens large qui est relaté ici, celle de la France des années 1945 à 1960, dans une ville de la « ceinture rouge » au sud de Paris. À ce moment-là, Arcueil n’est sans doute pas Aubervilliers ou Montreuil, et pourtant on n’en est pas si loin. C’est au sens le plus littéral de l’expression, un autre monde, celui de l’inconfort d’avant les HLM, inconfort non pas de « prolétaires », mais de familles modestes restant nombreuses (une fratrie de six chez les Winock). La vie du héros qui grandit se lit avec plaisir, il sait « raconter », on l’a dit ; mais ce sont les conditions sociales, économiques, religieuses, scolaires dans lesquelles il grandit qui retiennent avant tout l’attention. Pour une raison simple : elles expliquent finalement pourquoi il est quasi impossible à beaucoup de grands-parents actuels, qu’il s’agisse de la ville, de la banlieue ou des campagnes, de raconter ce que furent ces conditions à leurs petits-enfants de la société de consommation et de surconsommation. Winock le fait pour eux, avec talent, jusqu’à ses 20 ans vers la fin des années 1950. Accessoirement, celui qui a écrit plus tard l’histoire devenue classique des débuts d’Esprit (Seuil, 1975) raconte aussi son intérêt commençant pour la revue.

Gallimard, 2020
192 p. 18 €

Jean-Louis Schlegel

Philosophe, éditeur, sociologue des religions et traducteur, Jean-Louis Schlegel est particulièrement intéressé par les recompositions du religieux, et singulièrement de l'Eglise catholique, dans la société contemporaine. Cet intérêt concerne tous les niveaux d’intelligibilité : évolution des pratiques, de la culture, des institutions, des pouvoirs et des « puissances », du rôle et de la place du…

Dans le même numéro

Les femmes sont au cœur de nombreux mouvements sociaux à travers le monde. Au-delà de la vague #MeToo et de la dénonciation des violences sexuelles, elles étaient nombreuses en tête de cortège dans le soulèvement algérien du Hirak en 2019 ou dans les manifestations contre le président Loukachenko en Biélorussie en 2020. En France, leur présence a été remarquée parmi les Gilets jaunes et dans la mobilisation contre le dernier projet de réforme des retraites. Dans leur diversité, les mouvements de femmes témoignent d’une visibilité et d’une prise de parole accrues des femmes dans l’espace public, de leur participation pleine et entière aux débats sur l’avenir de la cité. À ce titre, ils consacrent l’existence d’un « sujet politique féminin ».