Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Notes de lecture

Dans le même numéro

L’héritage des Lumières d'Antoine Lilti

janv./févr. 2020

Comme tant d’autres réalités du passé, les Lumières ont été réduites à une sorte de bloc compact, celui du triomphe de la Raison contre ­l’obscurantisme religieux, lequel était établi dans ­l’intolérance contre ceux qui pensaient et croyaient autrement avant de sombrer dans les mortelles guerres de religion du xvie siècle. ­L’excellence de ce livre vient au contraire de sa présentation convaincante de Lumières très éclatées, multiples, contradictoires. En fin de compte, plutôt qu’un état, ou un ensemble solidifié, elles ont été peut-être d’abord un projet, une volonté de rupture avec l’ordre ancien, ou de subversion de toutes les autorités et de tous les pouvoirs reçus, d’État, d’Église ou d’ailleurs : les provocations et les méchancetés voltairiennes, la montée aux extrêmes de Sade et les écarts libertaires de beaucoup d’autres, qui ne sont pas des systèmes d’idées constituées, rationalistes et anti­religieux, transmis comme tels, en seraient les évidents témoins. De ce point de vue, le chapitre sur les «  Lumières radicales  » (une critique subtile mais forte des théories de Jonathan Israel, cf. ci-dessus) est particulièrement éclairant sur la ­complexité des Lumières. De même que celui sur Sade («  Les Lumières contre les Lumières  »), qui reprend l’héritage en le travestissant et en défiant ses lecteurs, séduits ou choqués, quant à leurs propres contradictions de «  Modernes  ». Le chapitre final, sur Michel Foucault et son évo

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
EHESS/Gallimard/Seuil, 2019
403 p. 25 €

Jean-Louis Schlegel

Philosophe, éditeur, sociologue des religions et traducteur, Jean-Louis Schlegel est particulièrement intéressé par les recompositions du religieux, et singulièrement de l'Eglise catholique, dans la société contemporaine. Cet intérêt concerne tous les niveaux d’intelligibilité : évolution des pratiques, de la culture, des institutions, des pouvoirs et des « puissances », du rôle et de la place du…

Dans le même numéro

L'universel est à nouveau en débat : attaqué par les uns parce qu'il ne serait que le masque d'une prétention hégémonique de l'Occident, il est défendu avec la dernière intransigeance par les autres, au risque d'ignorer la pluralité des histoires et des expériences. Ce dossier, coordonné par Anne Dujin et Anne Lafont, fait le pari que les transformations de l'universel pourront fonder un consensus durable : elles témoignent en effet de l'émergence de nouvelles voix, notamment dans la création artistique et les mondes noirs, qui ne renoncent ni au particulier ni à l'universel. À lire aussi dans ce numéro : la citoyenneté européenne, les capacités d'agir à l'ère numérique, ainsi que les tourmentes laïques, religieuses, écologiques et politiques.