Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Notes de lecture

Dans le même numéro

Le choix du chômage de Benoît Collombat et Damien Cuvillier

De Pompidou à Macron, enquête sur les racines de la violence économique, Préface de Ken Loach

mars 2022

Ce roman graphique est une fascinante enquête d’histoire économique. Benoît Collombat, journaliste à France Inter, et Damien Cuvillier, auteur et dessinateur, mènent une investigation méthodique sur la politique économique conduite en France et en Europe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ils interrogent de très nombreux témoins (anciens membres des cabinets ministériels, cadres de la haute administration, juristes, sociologues, économistes, responsables politiques). Le chômage apparaît comme un choix des politiques économiques. C’est une histoire dense et complexe où le dessin de Damien Cuvillier montre toute la richesse de cette forme de narration pour rendre compréhensibles aussi bien les grands concepts économiques que les étapes menant à l’Union européenne telle qu’elle est aujourd’hui. À la fin de l’enquête, le juriste Alain Supiot critique les mystifications du prix d’économie de la banque de Suède à la mémoire d’Alfred Nobel, souvent présenté de manière abusive comme un « prix Nobel d’économie » : « C’est une façon de placer la science économique dans une position de surplomb : un dogme qui s’impose et qui est soustrait à la délibération démocratique. » Au contraire, ce travail rouvre une histoire obscurcie par un prétendu impératif de modernisation et montre tout ce qui aurait pu, et pourrait être, différent.

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Futuropolis, 2021
288 p. 26 €

Antoine Hardy

Enseignant à SciencesPo, co-créateur du podcast 20 minutes avant la fin du monde consacré à l’écologie.

Dans le même numéro

Retrouver la souveraineté ?

L’inflation récente des usages du mot « souveraineté », venue tant de la droite que de la gauche, induit une dévaluation de son sens. Dévaluation d’autant plus choquante à l’heure où, sur le sol européen, un État souverain, l’Ukraine, est victime d’une agression armée. Renvoyant de manière vague à un « pouvoir de décider » supposément perdu, ces usages aveugles confondent souvent la souveraineté avec la puissance et versent volontiers dans le souverainisme, sous la forme d’un rejet de l’Union européenne. Ce dossier, coordonné par Jean-Yves Pranchère, invite à reformuler correctement la question de la souveraineté, afin qu’elle embraye sur les enjeux décisifs qu’elle masque trop souvent : l’exercice de la puissance publique et les conditions de la délibération collective. À lire aussi dans ce numéro : les banlieues populaires ne voteront plus, le devenir africain du monde, le destin du communisme, pour une troisième gauche, Nantes dans la traite atlantique, et la musique classique au xxie siècle.