Notes de lecture

Dans le même numéro

La révolution est le frein d’urgence de Michael Löwy

mai 2019

La multiplicité des idées, des intuitions, des fulgurances dans l’œuvre de Walter Benjamin, leur côté fragmentaire aussi, ainsi que sa part énigmatique ont été souvent soulignés. Elles en font un auteur en permanence actuel par l’une ou l’autre de ses facettes, mais difficile à lire, et de toute façon inclassable. En neuf articles réunis et à partir du fil conducteur de l’idée de révolution, Michael Löwy, « benjaminien » ­d’excellence, parvient pourtant à éclairer sur les sources et inspirations qui l’ont marqué. On peut accumuler ici les « -ismes » : marxisme (et capitalisme), matérialisme, anarchisme, surréalisme, judaïsme, messianisme, urbanisme même (l’«haussmannisation»)… mais aussi la présence insistante de la théologie, de l’histoire, de la nature. Pourtant, quelque chose de «l’homme des passages» échappe toujours : la mémoire et le point de vue des vaincus, la nostalgie d’une rédemption, «une sorte de tristesse» (Guy Petitdemange), une attente du tout-autre… Un mot très profond de lui, critique de Marx, a donné le titre : contre l’homme du Capital, qui voit dans les révolutions les «locomotives de l’histoire», Benjamin soupçonnerait plutôt que la révolution, c’est «l’acte par lequel l’humanité qui voyage dans le train tire les freins d’urgence».

 

L’Éclat, 2019
192 p. 18 €

Jean-Louis Schlegel

Philosophe, éditeur, sociologue des religions et traducteur, Jean-Louis Schlegel est particulièrement intéressé par les recompositions du religieux, et singulièrement de l'Eglise catholique, dans la société contemporaine. Cet intérêt concerne tous les niveaux d’intelligibilité : évolution des pratiques, de la culture, des institutions, des pouvoirs et des « puissances », du rôle...

Dans le même numéro

Loin d’être neutres, les entreprises technologiques de la Silicon Valley portent un véritable projet politique. Pour les auteurs de ce dossier, coordonné par Emmanuel Alloa et Jean-Baptiste Soufron, il consiste en une réinterprétation de l’idéal égalitaire, qui fait abstraction des singularités et produit de nouvelles formes d’exclusions. Ce projet favorise un capitalisme de la surveillance et son armée de travailleurs flexibles. À lire aussi dans ce numéro : perspectives, faux-semblants et idées reçues sur l’Europe, le génocide interminable des Tutsi du Rwanda et un entretien avec Joël Pommerat.