Notes de lecture

Dans le même numéro

Le ravissement de Darwin de Carla Hustak et Natasha Myers

Le langage des plantes Préface de Maylis de Kerangal et Vinciane Despret, trad. par Philippe Pignarre

janv./févr. 2021

Dans ce petit livre, Carla Hustak et Natasha Myers, respectivement professeure en technosciences et anthropologue, cherchent à lire entre les lignes de l’œuvre de Darwin pour lui trouver une autre postérité que celle du « néodarwinisme ».

La réflexion part de l’étude de la reproduction des orchidées par le chercheur anglais, et notamment des orchidées de l’espèce Ophrys, à laquelle il aurait consacré une partie considérable de ses recherches. Celles-ci ont en effet la particularité de leurrer les insectes, par leur forme et leurs couleurs, pour en faire les véhicules de leur pollen – sans don de nourriture en échange. Dans les études néodarwiniennes, ce marché à la défaveur de l’insecte est explicable au prix d’une contorsion (selon les autrices), par laquelle l’insecte y trouve in fine son compte en maximisant les chances de tomber sur une fleur lui donnant effectivement son nectar. Selon la « théorie du gène égoïste », la maximisation de la capacité de reproduction doit en effet être obtenue avec le minimum de dépense énergétique. Seuls les comportements maximisant le succès reproductif ont un pouvoir explicatif, et les comportements des êtres vivants sont ré

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
La Découverte, 2020
114 p. 14 €

Margot Holvoet

Diplômée de Sciences Po Paris en affaires publiques, de Paris I Panthéon-Sorbonne et de l’ENS-Ulm en philosophie, Margot Holvoet a un temps travaillé dans l’édition, en parallèle de plusieurs responsabilités associatives. Elle s’est spécialisée dans l’analyse des questions environnementales.

Dans le même numéro

Les femmes sont au cœur de nombreux mouvements sociaux à travers le monde. Au-delà de la vague #MeToo et de la dénonciation des violences sexuelles, elles étaient nombreuses en tête de cortège dans le soulèvement algérien du Hirak en 2019 ou dans les manifestations contre le président Loukachenko en Biélorussie en 2020. En France, leur présence a été remarquée parmi les Gilets jaunes et dans la mobilisation contre le dernier projet de réforme des retraites. Dans leur diversité, les mouvements de femmes témoignent d’une visibilité et d’une prise de parole accrues des femmes dans l’espace public, de leur participation pleine et entière aux débats sur l’avenir de la cité. À ce titre, ils consacrent l’existence d’un « sujet politique féminin ».