Notes de lecture

Dans le même numéro

Le théâtre révolutionnaire afro-caribéen au XXe siècle d'Axel Artheron

La publication de cette thèse est bienvenue, une fois admis qu’elle ne traite pas d’un «théâtre révolutionnaire» stricto sensu mais que l’auteur, maître de conférences à l’université des Antilles, s’est attaché en réalité à «confronter les écritures dramatiques africaines et caribéennes du xxesiècle autour de […] la révolution de Saint-Domingue». Encore le pluriel du mot « africaines » est-il de trop puisque le corpus étudié n’inclut qu’un auteur ivoirien, Bernard Dadié (Îles de tempête, 1973), à côté de deux Haïtiens, Hennock Trouillot (Dessalines ou le sang du Pont-Rouge, 1967), Jean Métellus (Le Pont rouge, 1991 ; Toussaint Louverture, 2003) et de trois Martiniquais, Aimé Césaire (La ­Tragédie du roi Christophe, 1963), Édouard Glissant (Monsieur Toussaint, 1978), Vincent Placoly (Dessalines ou la passion de ­l’indépendance, 1983). Après une première partie qui rappelle l’histoire de Haïti, sa lu

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Dramaturgies révolutionnaires et enjeux populaires Honoré Champion, 2018
636 p. 70 €

Selim Lander

Dans le même numéro

« Lancer l’alerte », un dossier coordonné par Anne-Lorraine Bujon, Juliette Decoster et Lucile Schmid, donne la parole à ces individus prêts à voir leur vie détruite pour révéler au public des scandales sanitaires et environnementaux, la surveillance de masse et des pratiques d’évasion fiscale. Ces démarches individuelles peuvent-elles s’inscrire dans une action collective, responsable et protégée ? Une fois l’alerte lancée, il faut en effet pouvoir la porter, dans un contexte de faillite des espaces traditionnels de la critique.