Notes de lecture

Dans le même numéro

La contre-culture domestiquée. Art, espace et politique dans la ville gentrifiée sous la dir. de Luca Pattaroni

avril 2021

Si la fonction de la culture dans le processus de gentrification des villes est bien établie, sa définition est en revanche peu étudiée. L’ouvrage collectif dirigé par Luca Pattaroni se focalise sur ses transformations à l’aune des politiques de la ville et notamment sur la récupération de la contre-culture dans la constitution de l’identité urbaine. S’intéressant à Genève mais aussi Lisbonne et Ljubljana, les différents chapitres décrivent le processus d’institutionnalisation de la contre-culture et « l’encaissement » de sa part subversive. Ainsi, les mouvements squat à Genève dans les années 1970 sont progressivement intégrés à la politique culturelle de la ville. On observe l’effacement de la force subversive de la contre-culture par la bureaucratie à laquelle elle se soumet. Les tentatives de résistance à une telle récupération sont fragmentées et dispersées, voire vaines, comme au LX Factory de Lisbonne où, s’associant aux stratégies néolibérales, elles permettent une certaine diversité dans la standardisation. Si le tableau, riche et documenté, de la ville contemporaine apparaît relativement pessimiste, sa dernière partie restitue des dérives

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
MētisPresses, 2020
296 p. 32 €

Umut Ungan

Doctorant en sciences sociales, Umut Ungan est affilié au Centre de Recherches sur les arts et le langage (CRAL) à L’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Ses travaux portent sur le discours critique et le statut de l’oeuvre dans l’art contemporain.

Dans le même numéro

Les difficultés rencontrées pendant la gestion de l’épidémie de Covid-19 ont remis en lumière le rapport paradoxal que la France entretient avec son État. Parce qu’il est censé décider de tout, il est le recours vers lequel tous se tournent en situation de crise, en même temps qu’il concentre l’essentiel des critiques. Au-delà de la crise sanitaire, la question d’un juste partage des responsabilités entre l’État et d’autres acteurs - les collectivités territoriales, les citoyens, les syndicats ou les entreprises- pour construire un horizon d’action commun se pose. Alors même que la pandémie marque le retour en grâce de l’action publique, comment changer concrètement la figure de l’État pour apaiser sa relation avec la société et lui permettre de répondre aux aspirations contemporaines en matière d’écologie et de justice sociale ? C’est à cette question que s’attache ce dossier, coordonné par Lucile Schmid.