Dans le même numéro

La défaite sur le fil du FPO à la présidentielle autrichienne

juil./août 2016

#Divers

La victoire in extremis du candidat issu du parti des Verts, Alexander Van der Bellen, sur le nationaliste Norbert Hofer incite à une double lecture du résultat de l’élection présidentielle en Autriche. Face à la menace de voir un représentant du Fpö (Freiheitliche Partei Österreichs, qu’on pourrait traduire par « Parti de la liberté »), classé à la droite de la droite, devenir chef de l’État, un peu plus de la moitié des électeurs autrichiens se sont pour ainsi dire auto-mobilisés, car pratiquement privés du soutien des forces politiques classiques. Ce réflexe citoyen a permis à Van der Bellen, un universitaire et économiste social-libéral de 72 ans, de remporter, au second tour des élections, le 22 mai, une victoire sur le fil (avec 50,3 % des suffrages et 30 863 voix d’avance), et surtout une victoire inattendue tant les résultats du premier tour, un mois plus tôt, lui semblaient défavorables1.

Le quadragénaire Norbert Hofer, un ancien ingénieur en aéronautique, actuellement deuxième vice-président du Parlement autrichien, a recueilli pour sa part presque la moitié des voix – un niveau jamais atteint par un candidat national-populiste en Europe occidentale lors d�

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !