Jair Bolsonaro, le 17 avril 2019 | Palácio do Planalto - Flickr
Dans le même numéro

L’obsession Bolsonaro

décembre 2019

Force est de constater qu’avec ses déclarations toujours controversées, souvent ridicules, violentes et mensongères, Bolsonaro réussit à se rendre omniprésent. Il met en œuvre une tactique de marketing connue sous le nom de « trollage ».

Quatre heures du matin. Dans cet état brumeux entre l’éveil et le sommeil, les petits tracas du quotidien se mêlent aux incendies en Amazonie et m’empêchent de dormir. Pour me changer les idées, j’ouvre mon téléphone portable. Je suis en vacances au milieu de la campagne normande et, sur les cinq nouvelles qui apparaissent à gauche de l’écran, deux concernent Bolsonaro : interrogé sur sa méthode pour ­concilier « croissance et préservation de l’environnement », celui qui occupe le fauteuil présidentiel suggère qu’on fasse caca un jour sur deux. D’abord incrédule, je suis vite envahie par la honte. Comment expliquer une telle déclaration à ma belle-famille française au petit-déjeuner ? Je me rabats sur les réseaux sociaux. Rien à faire, là aussi, Bolsonaro règne ; sur mon fil d’actualités défilent les images de son sourire niais et sarcastique, suivies par les commentaires exaspérés de mes proches.

Je ne suis pas la seule à perdre le sommeil à cause des déclarations du président. Je ne suis pas non plus la seule à qui est régulièrement rappelée son existence, par les titres de la presse ou par des Français abasourdis par la tournure des év&e

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !