Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

OMON sur la place Pouchkine, janvier 2021. Lesless via Wikimédia
OMON sur la place Pouchkine, janvier 2021. Lesless via Wikimédia
Dans le même numéro

Les sociétés civiles dans l’étau du droit russe

La Fédération de Russie a développé un redoutable arsenal juridique pour réprimer toute contestation, notamment à partir de l’agression militaire de l’Ukraine en 2014. En conséquence, en Russie comme en Crimée, les voies de fait sont devenues des voies de droit.

Dans la Russie actuelle, rapports de force et arbitraire ont pris la forme du droit1. La Fédération de Russie a développé un ensemble d’instruments juridiques qui se sont avérés redoutables pour prévenir les contestations ou toute expression d’opinion dissonante, particulièrement, à partir de l’année 2014, avec l’agression militaire à l’encontre de l’Ukraine et l’annexion de la péninsule ukrainienne. Il semble que l’année 2014 voit une accélération de la production législative répressive, avec différents paquets de lois promulguées.

Le rétrécissement, par la loi, des libertés fondamentales en Russie a certes commencé à se mettre en place il y a une vingtaine d’années. Mais des modifications importantes ont été introduites après les larges mouvements de protestation de 2011 et 2012, à Moscou et dans différentes villes de Russie, consécutifs à l’annonce de la nouvelle candidature de Vladimir Poutine à l’élection présidentielle et pour dénoncer les fraudes lors des législatives de décembre 2011. Ces mouvements et le retour de Vladimir Poutine à la présidence de la Fédération ont marqué le point de départ d’une série de lois répressives inspirées par la volonté de se maintenir au pouvoir, qui ont infléchi singulièrement la tendance amorcée au début des années 2000. Elles ont visé d’abord la liberté de manifester, puis Internet et les ONG.

L’année 2014 a marqué un tournant. Le cadre juridique en m

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Catherine Iffly

Catherine Iffly est consultante politique internationale. Ancienne élève de l’École normale supérieure, elle a enseigné les relations internationales et la politique européenne à l'Institut de Science Politique Otto Suhr de la Freie Universität Berlin, particulièrement les relations entre l’Allemagne et les pays d’Europe centrale et orientale. Consultante, elle effectue de nombreuses missions pour…

Dans le même numéro

En Ukraine et en Russie, le temps de la guerre

L’invasion de l’Ukraine en février 2022 a constitué un choc immense pour l’Europe et le monde. Elle s’inscrit néanmoins dans une forme de continuité, qui a vu le régime de Poutine se faire toujours plus répressif à l’intérieur de ses frontières, et menaçant à l’extérieur, depuis au moins 2008 et l’affrontement militaire en Géorgie, l’annexion de la Crimée en 2014 marquant une nouvelle étape dans cette escalade. Constitué en urgence en réaction au déclenchement de la guerre, le dossier de ce numéro interroge ses premières conséquences. De quelles manières les sociétés ukrainienne et russe font-elles face à la guerre ? Comment résister à la vaste opération de révisionnisme historique engagée par le régime de Poutine, dont témoigne la répression de toutes les sources indépendantes d’information, mais aussi de recherche et de connaissance ? En Ukraine, sur quelles ressources la résistance peut-elle compter ? En Russie, une opposition parviendra-t-elle à se constituer, malgré la chape de plomb qui s’est abattue sur le pays ? À lire aussi dans ce numéro : la justice entre les générations, le fascisme du dedans, la politique de Lévi-Strauss, la médecine contre les robots, une autre histoire de la racialisation et la naissance de l’écoféminisme.