Photo : Marco Oriolesi
Dans le même numéro

Le peuple et les experts

Professeur à l’université de Cambridge et spécialiste de l’intégration européenne, Christopher Bickerton s’intéresse également à l’émergence du techno-­populisme. À l’heure où les partis populistes prospèrent aux quatre coins de l’Europe, son regard permet de mettre ce phénomène en relation avec l’intégration européenne et le déclin de la démocratie des partis.

La notion de populisme est-elle appropriée pour désigner les développements politiques récents ?

Cela ne me surprend pas qu’un mot comme « populisme » ait tellement de succès, parce qu’il est vrai que nous vivons une époque politique particulière. S’il se passe « quelque chose », il est naturel que l’on essaie de nommer cette « chose ». Pour différentes raisons, le populisme est devenu le terme pour nommer cette « chose » qui se passe. Le problème, c’est qu’on n’est pas toujours d’accord sur ce qui est exactement en train de se passer. Pour cette raison, il y a tout un tas de débats autour de la notion de populisme. Personnellement, je suis assez ouvert à l’idée d’utiliser ce terme, et il faut être précis quand on le fait.

Le concept de populisme qu’on utilise généralement comporte deux éléments. D’une part, il y a un élément discursif : la façon dont certains politiques s’expriment, en particulier leur discours de légitimation (ce à quoi ils se réfèrent exactement pour se légitimer, pour légitimer leur autorité, leur pouvoir). Sur ce plan discursif, le populisme utilise le concept du peuple po

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Christopher Bickerton

Professeur de science politique à l’université de Cambridge, il est notamment l’auteur de European Integration (Oxford University Press, 2012).

Dans le même numéro

Peut-on sortir de diagnostics rapides et univoques dès lors qu'il est question de populisme ? Si le mot est partout, sa définition et les jugements qu'il invite sont rarement mis en débat. En s'appliquant à redonner au populisme une profondeur historique, culturelle et théorique, ce dossier, coordonné par Arthur Borriello et Anton Jaëger, demande ce que ce phénomène révèle des dysfonctionnements de la démocratie. À lire aussi dans ce numéro : Notre-Dame dans la littérature, le rapport entre langage et vérité et les voyages d’Albert Camus.