Dans le même numéro

Politique de Simone Weil

Les positions politiques de Simone Weil donnent lieu à des malentendus et des polémiques tant qu’on ne prend pas soin de les replacer dans les débats et les divisions de son temps. Ses origines familiales, sa formation philosophique auprès d’Alain, ses rapports précoces avec le marxisme, la découverte de la condition ouvrière et de la guerre sont indissociables de l’effervescence intellectuelle et politique des années 1930, d’où elle tira une pensée qui échappa aux grands mythes de son époque.

Un mélange d’anarchiste et de calotine

Bouglé, cité par Gustave Thibon, préface à la Pesanteur et la Grâce1

Plutôt que de voir en Simone Weil une exception radicale, une « sainte » à laquelle ne s’appliquent pas les humbles catégories de l’histoire profane, il convient de la resituer – ce qui ne veut pas dire la banaliser – dans une écologie philosophique, spirituelle, politique... plus large qu’on ne le fait d’ordinaire. C’est ce que fait depuis de nombreuses années Domenico Canciani, un des meilleurs connaisseurs de Simone Weil, déj

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Daniel Lindenberg

Historien, ses travaux de prédilection portent sur l'histoire des idées politiques et les controverses intellectuelles. Son livre sur le Marxisme introuvable (Paris, Calmann-Lévi, 1975) a participé d'une relecture de la place du marxisme dans les idées politiques en France. Il a consacré de nombreuses études aux interférences et aux croisements entre visions religieuses et idées poitiques,…

Dans le même numéro

Le travail, la décolonisation et la pensée du malheur

Camus, Orwell, Levinas, Blanchot: lectures croisées

Le sentiment du tragique et le goût de la beauté