Dans le même numéro

Une autre préhistoire de Mai 68 : les mouvements institutionnels

La critique des institutions au moment de 68 ne peut être réduite à quelques slogans situationnistes. Elle découle d’un mouvement plus large, issu des années de guerre et de résistance où la violence de l’institution asilaire joue le rôle déclencheur. Mais la réflexion dépasse rapidement le cadre psychiatrique et médical, pour toucher l’école et plus généralement les dynamiques de groupe.

Ce n’est pas le « gauchisme » politique qui a préparé Mai 68. Tout au plus a-t-il essayé d’en faire fructifier les dividendes. Ce ne sont pas non plus les têtes d’affiches de la soi-disant « Pensée-68 ». Les Bourdieu et les Foucault ont enfoncé des clous plantés depuis longtemps... Les origines du mouvement sont ailleurs. Elles ne sont pas seulement à rechercher du côté des grands noms de la contestation « antibourgeoise » (les surréalistes, Sartre) qui ont eu évidemment un rôle, mais limité aux « héritiers ». Tout un secteur auquel on pense moins a sans doute été plus décisif. Des transformations locales, graduelles, ignorées du grand public ava

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Daniel Lindenberg

Historien, ses travaux de prédilection portent sur l'histoire des idées politiques et les controverses intellectuelles. Son livre sur le Marxisme introuvable (Paris, Calmann-Lévi, 1975) a participé d'une relecture de la place du marxisme dans les idées politiques en France. Il a consacré de nombreuses études aux interférences et aux croisements entre visions religieuses et idées poitiques,…

Dans le même numéro

Parcours personnels à travers les mobilisations
Les sciences humaines et les mutations du savoir
Fins de cycle du roman national et blocage français