Photo : Randy Colas
Dans le même numéro

La personnalisation politique et les voies du collectif

Dans un contexte de déclin des partis traditionnels au profit des mouvements, les élections de Macron et de Trump marquent un moment charismatique de la politique. Nous assistons désormais à une revanche anti-charismatique, qui doit répondre à diverses révoltes.

Comment organiser un groupe, un ensemble d’intérêts ou d’aspirations sociales, un collectif animé par des idéaux de justice, une conviction d’urgence écologique ou des demandes de reconnaissance ? Cette question, vieille comme la politique, a reçu des réponses historiquement variées. Deux modes d’organisation qui ont pu paraître dominants au xxe siècle, le parti et le syndicat, connaissent aujourd’hui une profonde désaffection dans le monde occidental. C’est l’idée même de délégation et de représentation qui est ébranlée – mais l’est-elle au profit de nouvelles formes de politisation et de démocratie, plus directes, qui se porteraient à la hauteur des urgences sociales et climatiques de l’heure, ou bien sur un mode «antipolitique» qui ne parvient pas à dépasser le moment du rejet de l’organisation politique et économique existante en dessinant d’autres schémas, viables, d’organisation ? Quels canaux emprunte alors la formation de collectifs ? C’est à l’aune de cette interrogation que nous voudrions développer quelques observations sur les transformations en cours de la vie politique en France, mais

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jean-Claude Monod

Philosophe, il s'intéresse en particulier aux rapports entre politique et religion, ainsi qu'à l'articulation entre démocratie et pouvoir, notamment dans l'interrogation qui est au coeur de son livre, Qu'est-ce qu'un chef en démocratie? Politiques du charisme (Paris, Seuil, 2012).

Dans le même numéro

À mi-mandat du quinquennat d’Emmanuel Macron, le dossier diagnostique une crise de la représentation démocratique. Il analyse le rôle des réseaux sociaux, les mutations de l’incarnation politique et les nouvelles formes de mobilisation. À lire aussi dans ce numéro : Jean-Luc Nancy sur l’Islam, Michael Walzer sur l’antisionisme et François Dubet sur la critique de la sélection.