Secteur de M'Sila en Algérie, section de commando de chasse V66 du 4me Zouaves en "crapahut" | Entre 1960 et 1962. Domaine public, Wikimédia.
Dans le même numéro

Oublier la guerre d’Algérie ?

La fragmentation des mémoires de la guerre d’Algérie est sans doute inévitable mais elle risque également d’empoisonner le débat politique français. Les incursions du président Macron sur ce terrain ne vont pas sans difficultés, mais elle permettent au moins d’engager publiquement d’indispensables débats.

Dans un article publié récemment par la revue Esprit, Paul Thibaud fustige les prétentions mémorielles d’Emmanuel Macron sur la guerre d’Algérie1. Les polémiques mémorielles sont, depuis la fin des années 1980, un classique du débat français et presque un genre en soi avec, d’un côté, ceux qui entendent lutter contre l’oubli et l’occultation des responsabilités, qu’elles soient politiques ou judiciaires, et, de l’autre, ceux qui fustigent un moralisme émotionnel et anachronique. Les échanges entre les deux camps sont si féroces mais également si convenus que se traiter réciproquement d’« historiens staliniens », de « crypto-fascistes », d’« épurateurs de la mémoire » ou de « réactionnaires négationnistes », tient plus du rituel que de l’insulte fiévreuse. Nonobstant le léger goût de réchauffé qui s’en dégage, les termes parfois excessifs – donc approximatifs – employés par Paul Thibaud pimentent un propos particulièrement stimulant, mais néanmoins incomplet et erroné.

Révélations ou reconnaissance

Incomplet car, tou

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Joël Hubrecht

Membre du comité de rédaction d'Esprit. Responsable de Programme (Justice pénale internationale / Justice transitionnelle) à l'Institut des hautes études sur la justice (IHEJ). Membre du Comité Syrie-Europe après Alep. Enseigner l'histoire et la prévention des génocides: peut-on prévenir les crimes contre l'humanité ? (Hachette, 2009). …

Dans le même numéro

Ce dossier coordonné par Jean Godefroy Bidima et Antoine Garapon fait entendre les voix multiples de l’Afrique. Depuis leur perspective propre, ces voix africaines débordent la question postcoloniale et invitent au dialogue ; elles participent à la construction d'une commune humanité autour d’un projet de respect de la vie. À lire aussi dans ce numéro double : la participation dans le travail social, les analogies historiques de la pandémie, les gestes barrières face aux catastrophes écologiques, l’antiracisme aux États-Unis et l’esprit européen de Stefan Zweig.