Photo : Oscar Keys
Dans le même numéro

Sans rites, comment passer les âges ?

La pratique du rugby à Samoa montre que les corps, particulièrement guerriers, ne sont plus le lieu des marquages sociaux dans le cadre de rites d’initiation. L’inscription matérielle – sur le corps ou dans des objets – demeure pourtant le vecteur principal de la reconnaissance d’un individu (nouveau-né ou ancêtre) dans la société. 

À partir d’une étude menée sur le rugby de Samoa et de réflexions ouvertes par l’histoire de cette société, j’aimerais interroger les modalités de la définition des âges dans notre société. Le détour anthropologique permet de questionner quelques uns des enjeux intergénérationnels, notamment ceux de la masculinité, du passage des âges, du corps, du rapport aux ancêtres et, pour finir, des nouveau-nés.

 

Voir aussi son entretien vidéo : "Les rites de passage ont-ils disparu ?"

Haka

Le travail que j’ai effectué sur le rugby de Samoa[1] m’a conduit à aborder la question des générations d’une double manière : d’une part, en interrogeant la position des jeunes hommes qui pratiquent le rugby ; d’autre part, en écoutant de manière répétée les propos de mes interlocuteurs français, ou des commentateurs sportifs, sur le remplacement de la guerre par le rugby et le statut de « guerriers du Pacifique » associé aux joueurs des équipes venues de cette rég

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Julien Clément

Anthropologue, adjoint au directeur du département de l'enseignement et de la recherche au musée du quai Branly - Jacques Chirac, il est l'auteur de Cultures physiques. Le rugby de Samoa (Rue d'Ulm, 2014).

Dans le même numéro

Comment se fait aujourd’hui le lien entre différentes classes d’âge ? Ce dossier coordonné par Marcel Hénaff montre que si, dans les sociétés traditionnelles, celles-ci se constituent dans une reconnaissance réciproque, dans les sociétés modernes, elles sont principalement marquées par le marché, qui engage une dette sans fin. Pourtant, la solidarité sociale entre générations reste possible au plan de la justice, à condition d’assumer la responsabilité d’une politique du futur. À lire aussi dans ce numéro : le conflit syrien vu du Liban, la rencontre entre Camus et Malraux et les sports du néolibéralisme.