Dans le même numéro

Le sort de l'Europe

juillet 2010

#Divers

Que s’est-il passé en Allemagne pour que la solidarité européenne et la défense de l’euro aient été si tardives et si mesurées ? En retraçant le débat du côté allemand, le philosophe de Francfort constate les dégâts provoqués par le changement de génération au sein de la classe politique et, plus généralement, par le tournant historique en cours qui fait croire aux Allemands qu’ils pourraient trouver leur voie indépendamment de l’intérêt européen.

Le sort de l’Europe est lié aux 8 et 9 mai. À l’Ouest, on célèbre la victoire sur l’Allemagne nazie le 8, en Russie, le 9. En Allemagne même, ces deux journées sont officiellement désignées comme celles de « la Libération ». Cette année, pour la première fois, toutes les forces alliées (y compris une unité polonaise) ont défilé ensemble à Moscou pour commémorer l’événement. Sur la Place rouge, Angela Merkel se tenait à la droite de Poutine, incarnant l’esprit de l’Allemagne « nouvelle », des générations allemandes d’après-guerre qui n’oublient pas qu’elles furent aussi libérées par l’armée russe – qui paya d’ailleurs le plus lourd tribut à la guerre.

Lecture réservée aux abonnés

Prolongez l'expérience en vous procurant un abonnement, dès 7 € pour un mois de découverte (4,90 € tarif réduit) : Boutique > Abonnements