Dans le même numéro

Du bon usage d’Obama en politique française

février 2009

#Divers

À quand un Obama français ? La question n’est pas dépourvue de sens si elle nous incite à mener jusqu’au bout la comparaison entre la France et les États-Unis : combien de personnes au sein des minorités, combien d’élus, dans quelles circonscriptions, à quels postes ? L’évolution américaine est-elle uniquement liée à la conjoncture et aux qualités personnelles d’Obama ? Et où se situe le blocage côté français ?

L’élection d’Obama a relancé l’interrogation sur le retard de la France en matière de diversité. Obama élu président dans cette Amérique qu’on nous décrit communautaire voire raciste, mais combien de Français noirs et arabes à l’Assemblée nationale ? Au Sénat ? Et même dans les mairies ? Ou dans les médias ? Une telle comparaison pique au vif, car elle fait jouer la concurrence des deux universalismes, français et américain, et donc l’émulation. Après des décennies d’un paresseux sentiment de supériorité (qu’ils nous ont longtemps donné bonne conscience, ces écrivains noirs américains qui venaient trouver « refuge » à Paris dans les années 1950 !), la France se voit infliger un camouflet, presque une blessure d’amour-propre, tant le fossé entre les idéaux de la République – c

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Justin Vaïsse

Spécialiste d'histoire américaine, il a notamment travaillé sur le néoconservatisme (Histoire du néoconservatisme, Paris, Odile Jacob, 2008) et sur la politique internationale des Etats-Unis. Après avoir été chercheur à la Brookings Institution de Washington, il a ensuite pris la direction du Centre d'analyse, de prospective et de stratégie du Quai d'Orsay.…

Dans le même numéro

De la possibilité de comparer les cultures
L'Occident dans une planète décentrée
Traduction et altérité : une querelle sur la Chine