Photo : MichaelVadon, wikimédia 2017
Dans le même numéro

Trump contre l’Amérique

septembre 2020

L’essor de Trump aux États-Unis s’explique par trois facteurs principaux : l’évolution économique, la division raciale et la guerre tribale entre les deux partis majoritaires. Mais il est possible de garder confiance en la démocratie constitutionnelle américaine.

À première vue, le phénomène Trump aux États-Unis présente de fortes similitudes avec la vague de populisme de droite qui a récemment balayé l’Europe. Trump a soutenu très tôt le Brexit. Il compte parmi les admirateurs de Boris Johnson et de Viktor Orbán, et il a eu recours à une rhétorique qui n’est pas sans rappeler celle de Le Pen ou de Salvini. Comme tous les populistes de droite, Trump a identifié une partie du peuple américain avec le tout, et il a fait un paquet avec les citoyens restants, les immigrés et les étrangers, catégorisés ennemis. Cette recette est familière : dresser l’homme ordinaire contre les experts et les élites, et saupoudrer le tout d’une bonne dose de misogynie ; lancer une campagne politique pour l’élection présidentielle en affirmant que les Mexicains sont des délinquants déterminés à entrer clandestinement aux États-Unis ; et se hâter de publier un décret migratoire contre les ressortissants de pays musulmans (Muslim ban). À la différence d’Orbán, Trump a manqué de pouvoir pour adopter une nouvelle constitution à la mesure de ses ambitions autocratiques, mais cela ne l’a pas empêché de se vanter que ses pouvoirs constitutionnels étaient

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Michel Rosenfeld

Professeur de droit constitutionnel à l’université Cardozo, il est notamment l’auteur, avec Antoine Garapon, de Démocratie sous stress. Les défis du terrorisme global (Presses universitaires de France, 2016).

Dans le même numéro

Selon ce dossier coordonné par Carole Desbarats et Emmanuel Laurentin, les institutions culturelles sont confrontées depuis quelques temps à des enjeux que l’épidémie de coronavirus a rendus plus aigus encore. Alors même que le confinement a suscité une forte demande de culture, beaucoup de ces institutions sont aujourd’hui face à un tournant. À lire aussi dans ce numéro : Trump contre l’Amérique, des élections par temps de pandémie et des jeunes sans bercail.