Dans le même numéro

De la croissance marchande au développement durable

janv./févr. 2018

#Divers

Il nous faut imaginer une prospérité qui ne dépende plus de la croissance marchande. Un tel développement durable s’appuierait sur un nouvel imaginaire technique (économie circulaire, de la fonctionnalité…) et prendrait en compte les richesses non monétaires (communs, coopération, troc…).

Dans la préface de la seconde édition de Prospérité sans croissance, succès éditorial issu du rapport 2009 de la Commission pour le développement durable du Royaume-Uni, Tim Jackson raconte le rejet dont ce rapport fit l’objet de la part du gouvernement britannique. Le titre même fut considéré comme une provocation, à un moment où le principal souci des dirigeants de la planète était de relancer la croissance. Cette anecdote est révélatrice d’un blocage idéologique contre lequel Tim Jackson invite à s’insurger : « Avions-nous eu tort de nous attaquer au mot “croissance”, à l’heure où les dirigeants du G20 débattaient dans le chaos financier ? Absolument pas. Dès le moment où il est interdit de remettre en question les hypothèses fondamentales d’un système économique manifestement dysfonctionnel, la liberté politique cesse d’exister, la répression culturelle devient une réalité et les possibilités de changement sont entravées, de façon peut-être décisive1. »

Il est pourtant facile de se con

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Bernard Perret

Bernard Perret est haut fonctionnaire ; il a longtemps travaillé pour l'INSEE, pour ensuite se tourner vers les questions écologiques et de développement durable au sein de différentes instances (dont le Ministère de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie). Il est l'auteur de nombreux essais sur les politiques publiques, les liens entre économie et société, le développement durable (

Dans le même numéro

Devant la pression sur les ressources naturelles, le projet écologique est le seul qui fasse durablement monde. Ce dossier appelle à un approfondissement de la solidarité et souligne l’urgence d’une transformation de l’Etat, de nos sociétés, de nos concepts politiques et de nos imaginaires.