Dans le même numéro

L'État à la lumière du Grand Paris

Que reste-t-il du projet du Grand Paris ? Des noms de grands architectes, un nouveau métro et un pôle universitaire. Ce qui devait au départ faire émerger un espace métropolitain a été en grande partie repris en main par l’État, englué dans une vision datée de l’urbanisme et dans le millefeuille territorial.

Le Grand Paris : « Une parenthèse refermée » ?

Michel Lussault, qui a coprésidé en 2008 et 2009 le conseil scientifique de l’appel à projets « Un pari pour le grand Paris », voit désormais dans le Grand Paris une « parenthèse refermée1 ». Pour lui, il y a eu trois séquences successives : l’accompagnement des dix équipes d’architectes vers la production d’une connaissance d’un genre nouveau sur la métropole parisienne (en vue d’identifier les grandes caractéristiques d’un territoire dont les limites n’ont pas été définies a priori : l’Île-de-France, la région, la juxtaposition de la ville historique et des départements de la première couronne...) ; la présentation de principes directeurs pouvant orienter une action sur le Grand Paris au cours des dix ou vingt prochaines a

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Olivier Mongin

Directeur de la revue Esprit de 1989 à 2012   Marqué par des penseurs comme Michel de Certeau, qui le pousse à se confronter au structuralisme et l'initie aux problématiques de la ville et aux pratiques urbaines, Claude Lefort et Cornelius Castoriadis, les animateurs du mouvement Socialisme ou Barbarie, qui lui donnent les outils à la fois politiques et philosophiques de la lutte…

Dans le même numéro

Quel modèle pour l'Etat "à la française"?

Réinventer l'intervention dans l'économie

Les services publics, pour qui? Pourquoi?