Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Pour la Tunisie. La démocratie à l'horizon !

février 2011

#Divers

La révolution tunisienne en cours invite, parallèlement au soutien de notre revue à un pays cher dont la proximité géographique, historique et intellectuelle est évidente, à s’interroger sur le sens de ces événements, sur les aveuglements inquiétants de la France et sur l’avenir incertain d’un mouvement qui peut associer république et démocratie dans une partie du monde considérée par beaucoup comme réfractaire à celle-ci.

Des événements inattendus? Le heurt entre deux exceptions tunisiennes

Rares sont ceux qui n’ont pas été surpris par ce qui vient de se passer en moins d’un mois, depuis le 17 décembre 2010 jusqu’au départ précipité de Ben Ali le vendredi 14 janvier 2011 après vingt-trois ans de pouvoir. On connaît les grandes étapes du récit tunisien : une révolution venue de l’intérieur du pays (une révolution portée au départ par des « bouseux éduqués » et non pas les étudiants des grandes villes du littoral), le suicide par immolation d’un jeune diplômé le 17 décembre, Mohamed Bouazizi, à qui on a retiré son étal et confisqué sa marchandise, un sentiment d’humiliation devenu insupportable et qui se répand au sein d’une jeunesse devenue majoritaire dans la population. Le régime mafieux du clan Ben Ali paie chèrement ce qu’on peut appe

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Olivier Mongin

Directeur de la revue Esprit de 1989 à 2012   Marqué par des penseurs comme Michel de Certeau, qui le pousse à se confronter au structuralisme et l'initie aux problématiques de la ville et aux pratiques urbaines, Claude Lefort et Cornelius Castoriadis, les animateurs du mouvement Socialisme ou Barbarie, qui lui donnent les outils à la fois politiques et philosophiques de la lutte…

Dans le même numéro

Les nouvelles donnes de la laïcité

Avons-nous besoin d'une théologie politique ?

Mohammed Arkoun et la critique de l'islam

Le "désenchantement" moderne : une fable occidentale ?