Rue de Kigali au Rwanda. Photo par Portraitor de Pixabay.
Dans le même numéro

Quand l’Afrique s’éveillera… (Entretien)

juil./août 2020

Le slogan Africa rising sert à attirer les investissements étrangers. Mais les relations de dépendance ont changé, notamment avec la stratégie impériale de la Chine, contre laquelle des États faibles ne peuvent lutter, et l’influence des Églises évangéliques, avec lesquelles ils tentent de s’allier.

Coordinateur de l’Observatoire de l’Afrique centrale à l’Institut français des relations internationales (Ifri), Thierry Vircoulon travaille depuis vingt ans sur l’Afrique et y a vécu onze ans, notamment en Afrique du Sud, au Kenya et en République démocratique du Congo. Familier de l’Afrique centrale et de l’Afrique australe comme de la région des Grands Lacs, il a collaboré à de nombreuses publications sur la réforme du secteur de la sécurité, la gouvernance des ressources naturelles ou encore les relations entre la Chine et l’Afrique. Pour cet entretien conduit en décembre 2019 (et révisé en juin 2020), nous avons souhaité l’interroger sur les relations contemporaines de l’Afrique avec le reste du monde, et l’inscription de celle-ci dans la mondialisation.

 

Dans le cadre de vos activités de consultant et de chercheur, vous avez constaté ces dernières années le succès du discours sur « l’Afrique émergente », puis le reflux de cette vague d’enthousiasme et le repli sur des analyses nettement plus réalistes sur la situation et l’avenir de l’Afrique. Quel lien existe entre ces discours et l’évolution des politiques d’aide internationale ? L’heure est-e

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Thierry Vircoulon

Chercheur associé, Centre Afrique Subsaharienne de l'Ifri. Ancien élève de l'ENA et titulaire d'un DEA de science politique à la Sorbonne, il a travaillé pour le Quai d'Orsay et la Commission européenne sur le continent africain, notamment en Afrique du Sud, au Kenya et en République Démocratique du Congo.

Dans le même numéro

Ce dossier coordonné par Jean Godefroy Bidima et Antoine Garapon fait entendre les voix multiples de l’Afrique. Depuis leur perspective propre, ces voix africaines débordent la question postcoloniale et invitent au dialogue ; elles participent à la construction d'une commune humanité autour d’un projet de respect de la vie. À lire aussi dans ce numéro double : la participation dans le travail social, les analogies historiques de la pandémie, les gestes barrières face aux catastrophes écologiques, l’antiracisme aux États-Unis et l’esprit européen de Stefan Zweig.