Dans le même numéro

Les droits de l'homme, un rêve politique

Il vaudrait mieux parler de droits humains plutôt que de droits de l’homme. Cette dernière appellation efface en effet deux strates de sens : d’une part, la question des femmes, en tant qu’elles sont aussi la moitié de l’humanité est rejetée hors champ. D’autre part, la question de la différence des sexes elle-même en tant qu’oscillation première de l’universel humain1 s’efface aussi : les femmes ne sont pas une sous-catégorie, la sexuation de l’espèce humaine oblige à penser l’unité du sujet de droit comme d’emblée plurielle, et ce qui est perdu en stabilité monolithique du concept est gagné en possibilité de penser la différence2. Enfin, l’usage historique sidérant qu’a permis cette formulation, « droits de l’homme », a été l’élimination du féminin (en tant que genre sexué réel) du champ de l’égalité politique et par exemple, en France, du droit de vote pendant plus d’un siècle et demi. Que l’énoncé de la grande parole historique qui promeut les droits humains produise dans ses termes mêmes les conditions de leur violation – les êtres humains féminins éliminés du champ de l’égalité politique – en dit long sur la difficulté de l’entreprise.

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Véronique Nahoum-Grappe

Véronique Nahoum-Grappe est anthropologue et ethnologue. Elle a travaillé sur la violence, les rapports entre les sexes, la dépendance (notamment l'alcool, voir son livre Vertiges de l'ivresse. Alcool et lien social, Descartes et Cie, 2010). Tout en s'intéressant aux lieux de violence et de privation de liberté (camps de réfugiés en ex-Yougoslavie, prisons...), elle ausculte également les petits...

Dans le même numéro

Les violations des droits de l’homme restent impunies en Syrie. Le rêve illibéral d’une démocratie sans droit gagne la Turquie et les pays d’Europe centrale. Les institutions internationales sont impuissantes ou réduites à mener des actions humanitaires. Si le moment des droits de l’homme est derrière nous, il revient à l’Europe de mener une nouvelle bataille pour ces droits. Des articles aussi sur l’élection présidentielle, la ville numérique et l’Etranger de Camus.