Émile Zola dans les années 1890
Dans le même numéro

L’antisémitisme sans fin

mars 2019

L’antisémitisme est un marqueur de la destruction des sociétés, et l’histoire nous l’enseigne.

Le 16 mai 1896, Émile Zola publiait dans Le Figaro un article courageux, solitaire et retentissant, « Pour les Juifs ». Se dressant contre les violences antijuives en France qui niaient les valeurs démocratiques de la République, le futur auteur du « J’accuse… ! » du 13 janvier 1898 proclamait sa pleine solidarité avec les Juifs. L’article lui valut les foudres d’Édouard Drumont et de son journal, La Libre Parole, le moniteur de l’anti­sémitisme depuis 1892. Mais ­l’objectif de l’écrivain fut atteint : révéler une haine extrême dirigée contre des Français et contre le genre humain, et, par là même, réveiller la conscience civique nationale.

Faut-il aujourd’hui rappeler ce précédent et écrire une suite à l’article de 1896 ? Je le pense, hélas, au vu de la violence antijuive actuelle. Pour autant, avec Zola, on s’insère dans une autre tradition, également française, de combats contre l’antisémitisme.

Depuis ces dernières décennies, ces dernières années, et encore récemment, une doxa progresse inexorablement en France, à la fois en intensité, en diversité et en gravité. Ce halo enveloppe et enc

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Vincent Duclert

Vincent Duclert, historien, est spécialiste des temps de l’affaire Dreyfus et de l’étude des génocides. Il a édité récemment, aux éditions du CNRS, les Écrits de résistance de Pierre Mendès France, et le Rapport de la Mission Génocides.

Dans le même numéro

Coordonné par Jean-Yves Potel, le dossier analyse le succès du gouvernement du Parti Droit et justice (PiS) en Pologne. Récupérant un mécontentement semblable à celui que l'on perçoit ailleurs en Europe, le régime s'appuie sur le discrédit des élites libérales et le rejet des étrangers pour promouvoir une souveraineté et une fierté nationale retrouvées. Il justifie ainsi un ensemble de mesures sociales mais aussi la mise au pas des journalistes et des juges, et une posture de défi vis à vis des institutions européennes, qu'il n'est pas pour autant question de quitter. À lire aussi dans ce numéro : les nouveaux cahiers de doléance en France, l’emprise du numérique, l’anniversaire de la révolution iranienne, l’antisémitisme sans fin et la pensée écologique.