Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Notes de lecture

Dans le même numéro

L’évadé de la mer Blanche de Youri Bezsonov

Trad. par Evgueni Petrovitch Semenoff

juin 2022

Voici le premier récit d’une évasion du goulag, confirmée par celui d’un de ses compagnons de fuite. Youri Bezsonov, ancien officier tsariste, livre un récit vif, empli d’observations sur ce qui deviendra « l’archipel du goulag ». Paru en 1928 aux éditions Payot sous le titre Mes vingt-six prisons et mon évasion de Solovki, son ouvrage était tombé dans l’oubli. Il vient de refaire surface, avec une préface de l’écrivain voyageur Cédric Gras.

Né en 1891, fils d’un général, sorti de l’école de cavalerie de Saint-Pétersbourg, Youri Bezsonov a été pendant la Première Guerre mondiale capitaine du régiment des dragons de la garde personnelle du tsar Nicolas II. Il a participé à la marche de Lavr Kornilov sur Petrograd, après la révolution de Février. Puis il devient commandant adjoint de la maigre garnison du palais d’Hiver, dont l’assaut par les bolcheviks marque la victoire de la révolution d’Octobre. C’est là que commence son trépidant récit.

Arrivent les premières prisons, encore relativement supportables, et les interrogatoires. Curieusement, la Tchéka n’est pas encore bien informée sur lui. Après six mois en cellule, il est incarcéré en Sibérie, puis au camp de Solovki, sur le territoire d’un ancien monastère, îles perdues au milieu des flots et de la banquise. C’est le « camp du nord à régime sévère » destiné aux éléments de l’ancien monde dont les bolcheviks souhaitaient se débarrasser.

Youri Bezsonov dresse une typologie des person

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Transboréal, 2022
484 p. 12,90 €

Eugène Berg

Eugène Berg, né le 23 septembre 1945, est un essayiste et diplomate français. Spécialiste de la Russie et du Pacifique, il a notamment publié Non-alignement et nouvel ordre mondial (1980).

Dans le même numéro

La démocratie des communs

Les « communs », dans leur dimension théorique et pratique, sont devenus une notion incontournable pour concevoir des alternatives à l’exclusion propriétaire et étatique. Opposés à la privatisation de certaines ressources considérées comme collectives, ceux qui défendent leur emploi ne se positionnent pas pour autant en faveur d’un retour à la propriété publique, mais proposent de repenser la notion d’intérêt général sous l’angle de l’autogouvernement et de la coopération. Ce faisant, ils espèrent dépasser certaines apories relatives à la logique propriétaire (définie non plus comme le droit absolu d’une personne sur une chose, mais comme un faisceau de droits), et concevoir des formes de démocratisation de l’économie. Le dossier de ce numéro, coordonné par Édouard Jourdain, tâchera de montrer qu’une approche par les communs de la démocratie serait susceptible d’en renouveler à la fois la théorie et la pratique, en dépassant les clivages traditionnels du public et du privé, ou de l’État et de la société.