Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Notes de lecture

Dans le même numéro

Le national-capitalisme autoritaire. Une menace pour la démocratie de Pierre-Yves Hénin et Ahmet Insel

novembre 2021

Court mais dense, l’ouvrage de Pierre-Yves Hénin et Ahmet Insel, deux économistes et politistes liés par une longue expérience d’enseignement à Paris-I Sorbonne, commence par une discussion sur la fameuse thèse de la « fin de l’histoire », que le philosophe Francis Fukuyama avait élaborée à un moment où l’essoufflement de l’Union soviétique apparaissait comme une évidence, en interne comme en externe. Loin de se livrer à un énième réquisitoire contre le triomphalisme libéral autant que néolibéral, que Fukuyama lui-même n’assume plus depuis de longues années, ils interrogent « l’air du temps » du tournant du xxie siècle dans une perspective que l’on qualifiera ici de tocquevillienne : les sociétés démocratiques sont travaillées par une double passion, de liberté et d’égalité, mais elles peuvent bien sacrifier la première lorsqu’elles ont la conviction que la seconde est irrémédiablement hors de leur portée. En contexte de crise de confiance, elles peuvent même en arriver à penser que, synonymes du règne des élites économiques, bureaucratiques et intellectuelles « corrompues » et « dégénérées », « le libéralisme et le pluralisme » seraient « antidémocratiques » dans leur principe et dans leur praxis, alors que « l’union spirituelle du Führer et d’un peuple uni et ethniquement homogène » constituerait « la démocratie authentique », faisant du premier l’incarnation

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Bleu autour, 2021
112 p. 13 €

Hamit Bozarslan

Directeur d'études à l'Ehess, il est notamment l’auteur de l'Histoire de la Turquie de l'Empire à nos jours (Tallandier, 2015) et de Révolution et état de violence. Moyen-Orient 2011-2015 (Cnrs, 2015). Il est membre du Conseil de rédaction d'Esprit. 

Dans le même numéro

L’essor sans précédent d’Internet et des nouvelles technologies de l’information a transformé en profondeur le rapport des citoyens à la participation civique. Si elle a permis des progrès incontestables, cette révolution numérique pose également des défis pour la préservation du débat en démocratie. Le bouleversement introduit par le numérique dans la délibération publique semble en effet remettre en cause les exigences traditionnellement associées au débat démocratique, comme l’égalité d’accès, le contrôle public des instances de modération, la fiabilité de l’information ou le pluralisme des courants d’expression. Quelles stratégies adopter pour faire face aux dérives qui touchent aujourd’hui le débat sur Internet ? Le dossier, coordonné par Romain Badouard et Charles Girard, examine la propagation des fausses nouvelles, la mobilisation de nouveaux publics, les pouvoirs de régulations privés et la déstabilisation des cadres juridiques. À lire aussi dans ce numéro : le naufrage moral de l’Église, qui sont les talibans ?, gouverner la pandémie et une rencontre avec Pierre Bergounioux.