Notes de lecture

Dans le même numéro

L’Église catholique face aux abus sexuels sur mineurs de Marie-Jo Thiel et Un moment de vérité de Véronique Margron

septembre 2019

Il y a quelques années, Hans Küng, le théologien poil à gratter de l’Église catholique depuis plus de cinquante ans, posait la question : « Peut-on encore sauver l’Église[1] ? » Énumérant les multiples raisons et lieux de la crise du « système romain » durant ces dernières décennies, il mentionnait certes les abus sexuels – en Belgique et aux États-Unis – parmi les « poussées de fièvre » témoignant de la gravité de la maladie catholique. Mais ce n’était qu’un signe désolant parmi d’autres. Huit ans plus tard, les abus apparaissent, par leur nombre et leur gravité, non seulement sur des enfants mais sur des femmes adultes, comme les principaux signes annonciateurs d’un effondrement de la vieille institution. Comment en est-on arrivé là ?

Il y a une vingtaine d’années, Marie-Jo Thiel a été la première à alerter les évêques français sur l’importance des abus sexuels sur mineurs par des prêtres. Elle est aussi la première, aujourd’hui, à offrir une véritable somme sur le sujet de la pédophilie des prêtres, comme on nomme habituelleme

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jean-Louis Schlegel

Philosophe, éditeur, sociologue des religions et traducteur, Jean-Louis Schlegel est particulièrement intéressé par les recompositions du religieux, et singulièrement de l'Eglise catholique, dans la société contemporaine. Cet intérêt concerne tous les niveaux d’intelligibilité : évolution des pratiques, de la culture, des institutions, des pouvoirs et des « puissances », du rôle et de la place du…

Dans le même numéro

Le dossier, coordonné par Anne-Lorraine Bujon et Isabelle de Mecquenem, remet le sens de l’école sur le métier. Il souligne les paradoxes de « l’école de la confiance », rappelle l’universalité de l’aventure du sens, insiste sur la mutation numérique, les images et les génocides comme nouveaux objets d’apprentissage, et donne la parole aux enseignants. À lire aussi dans ce numéro : un inédit de Paul Ricœur sur la fin du théologico-politique, un article sur les restes humains en archéologie et un plaidoyer pour une histoire universaliste.