Notes de lecture

Dans le même numéro

Communautarisme ? de Marwan Mohammed et Julien Talpin

mars 2019

Le point d’interrogation du titre suggère la réponse : ce petit livre collectif est plus que sceptique sur la pertinence du mot « communautarisme » et son usage outrancier. Personne n’est dupe : comme « islamo-­gauchisme », c’est une sorte de mot-valise pour stigmatiser l’islamisme en particulier et souvent l’islam en général. Les divers auteurs s’attachent avant tout à une critique générale du mot, rappelant son émergence récente, son instrumentalisation politique, ses limites quand le mot sert à dénoncer des formes de vie sociale ou des revendications spécifiques, identitaires, de certains groupes sociaux (souvent religieux ou « ethniques »). À y regarder de plus près, le « communautarisme » est une chose largement partagée, sous des formes inavouées ou occultées, y compris dans les milieux élitaires et intellectuels qui le dénoncent. On peut rappeler que les « communautés » formées spontanément par des immigrés de même origine (et, notamment, de même religion) jouent souvent, sinon toujours, un rôle de médiation, de protection et d’entraide, dans des situations de précarité initiale considérable. Dans le livre, l’islam, prétex

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Presses universitaires de France, coll. « La vie des idées », 2018
120 p. 9 €

Jean-Louis Schlegel

Philosophe, éditeur, sociologue des religions et traducteur, Jean-Louis Schlegel est particulièrement intéressé par les recompositions du religieux, et singulièrement de l'Eglise catholique, dans la société contemporaine. Cet intérêt concerne tous les niveaux d’intelligibilité : évolution des pratiques, de la culture, des institutions, des pouvoirs et des « puissances », du rôle...

Dans le même numéro

Coordonné par Jean-Yves Potel, le dossier analyse le succès du gouvernement du Parti Droit et justice (PiS) en Pologne. Récupérant un mécontentement semblable à celui que l'on perçoit ailleurs en Europe, le régime s'appuie sur le discrédit des élites libérales et le rejet des étrangers pour promouvoir une souveraineté et une fierté nationale retrouvées. Il justifie ainsi un ensemble de mesures sociales mais aussi la mise au pas des journalistes et des juges, et une posture de défi vis à vis des institutions européennes, qu'il n'est pas pour autant question de quitter. À lire aussi dans ce numéro : les nouveaux cahiers de doléance en France, l’emprise du numérique, l’anniversaire de la révolution iranienne, l’antisémitisme sans fin et la pensée écologique.