Notes de lecture

Dans le même numéro

Le pont de Bezons de Jean Rolin

novembre 2020

Jean Rolin nous offre [...] le récit de ses promenades, sans promesse de rencontres extraordinaires ou d’aventures mémorables.

Il ne faut pas moins de trois visites à Villeneuve-Saint-Georges pour vérifier le décompte exact du nombre de salons de coiffure dans la rue de Paris. Il y en a bien onze, nous certifie Jean Rolin, avec un scrupule documentaire dépourvu d’enjeu. Quand on pousse la porte d’un de ces salons, on peut acheter, sous l’œil surpris du coiffeur, des revues d’inspiration kimbanguiste, de même qu’on découvre des magazines du PKK sur le comptoir du café Mekan à Corbeil. Mais l’écrivain-voyageur ne vise pas un ostentatoire exotisme-en-bas-de-la-rue. S’il mentionne ces ambiances congolaises ou kurdes découvertes par hasard, c’est tout simplement que ces rencontres ont eu lieu et notre promeneur se garde bien d’en tirer de hasardeuses généralisations. De même, s’il dort à l’hôtel à Corbeil ou à Bezons, dans l’attente du lever de soleil sur la Seine, c’est en se demandant si, visiteur de passage, il pourra quand même se prévaloir d’une certaine familiarité avec ces villes en y passant la nuit. Jean Rolin nous offre régulièrement le récit de ses promenades, sans promesse de rencontres extraordinaires ou d’aventures mémorables. S’il aime la haute mer et la navigation au long cours (L’Homme qui a vu l’ours, P

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
P.O.L, 2020
240 p. 19 €

Marc-Olivier Padis

Directeur de la rédaction d'Esprit de 2013 à 2016, après avoir été successivement secrétaire de rédaction (1993-1999) puis rédacteur en chef de la revue (2000-2013). Ses études de Lettres l'ont rapidement conduit à s'intéresser au rapport des écrivains français au journalisme politique, en particulier pendant la Révolution française. La réflexion sur l'écriture et la prise de parole publique, sur…

Dans le même numéro

La récente vague de manifestations contre le racisme et les violences policières a montré qu’une partie de la jeunesse française a le sentiment d’étouffer. En choisissant de prêter attention à ce qu’elle exprime, on distingue d’abord une demande d’égalité et de justice : loin de constituer un défi aux principes républicains, celle-ci entend plutôt en actualiser l’héritage. À lire aussi dans ce numéro : l’unité européenne après la réunification allemande, le chemin du djihad, les cinq piliers de la laïcité, les pouvoirs de la Cour suprême et la rentrée littéraire.