Notes de lecture

Dans le même numéro

L’Extrême centre ou le poison français de Pierre Serna

juil./août 2019

#Divers

L’historien de la Révolution française Pierre Serna propose de relire la «macronie» à l’aide de son concept d’extrême centre. Plusieurs fois dans l’histoire française, à des moments de crise politique où gauche et droite se déchirent, s’essoufflent et se régénèrent aux extrêmes, des mouvements émergent qui se réclament de l’apolitisme (qui ne sont donc pas le centre politique traditionnel), en proposant pragmatisme, efficacité, modération et renversement des polarités. Appuyés sur le culte d’un jeune chef et organisés autour de l’exécutif, ils mettraient en place «laRépublique subtilement autoritaire» qui fait aujourd’hui face aux Gilets jaunes, hier à d’autres frondes populaires, et toujours à diverses formes de terrorisme et de danger. La démonstration historique est étayée. Mais Robespierre, Bonaparte, Louis-Napoléon et… Emmanuel Macron sont-ils comparables ? L’historien propose un «anachronisme civique» provocant et contestable, mais stimulant. Avec, en creux, un éloge du conflit et des idéol

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
1789-2019, Champ Vallon , coll. « L’Esprit libre », 2019
296 p. 20 €

Matthieu Febvre-Issaly

Doctorant en droit public à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, spécialisé en droit constitutionnel comparé et en théorie du droit.

Dans le même numéro

Le dossier estival de la revue Esprit, coordonné par Camille Riquier, fait l’hypothèse que le monde capitaliste a substitué l’argent à Dieu comme nouveau maître invisible. Parce que la soif de l’or oublie le sang des pauvres, la communauté de l’argent est fondée sur un abus de confiance. Les nouvelles monnaies changent-elles la donne ? Peut-on rendre l’argent visible et ainsi s’en rendre maître ?