Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Notes de lecture

Dans le même numéro

L’Europe des écrivains sous la dir. de Letizia Norci Cagiano

Des Lumières à la crise actuelle

janv./févr. 2022

Cet ouvrage collectif qui inaugure la nouvelle collection de la Fondation Primoli (créée en 1928 par Joseph Napoléon Primoli, apparenté à la famille Bonaparte) apporte de précieux éclaircissements sur la place de l’Europe dans la pensée de quatre penseurs français majeurs. Si le plaidoyer de Victor Hugo en faveur des « États-Unis d’Europe » est sans doute bien connu, on sait moins son rôle en tant que président du Congrès de la paix en 1849, ou que l’« affaire de Rome » (le rétablissement de Pie IX sur son trône par l’armée française, la même année) fut à l’origine de sa rupture avec le futur Napoléon III. Sait-on également que Montesquieu parcourut les cours européennes pendant trois ans (1729-1731) et que ce voyage d’études, à défaut de le lancer dans la carrière diplomatique dont il rêvait, a nourri ses Réflexions sur la monarchie universelle (1734) tout autant que L’Esprit des lois (1748) ? Quant à Valéry, ne s’inquiétait-il pas à juste titre que l’Europe se réduisît à « ce qu’elle est en réalité, c’est-à-dire un petit cap du continent asiatique », au lieu de rester fidèle à sa vocation, qui est, selon lui, d’éclairer le monde par la culture et la science ? La Crise de l’esprit, qu’il dénonçait en 1919, n’était pour lui rien d’autre qu’une crise de l’esprit européen. En 1931, dans la préface de Regards sur le monde actuel, il déplorait que « l’Europe n’ait pas eu la politique de sa pensée ». Enfin, Camus, d

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Tab edizioni, 2021
220 p. 12 €

Michel Herland

Michel Herland est professeur des universités, aux Antilles, en Guyane et Martinique. Il dirige le journal en ligne Mondes francophones. Il est l’auteur du livre La Mutine, Andersen, 2018

Dans le même numéro

Comment écrire l’histoire des marges ? Cette question traverse l’œuvre de Michel de Certeau, dans sa dimension théorique, mais aussi pratique : Certeau ne s’installe en effet dans aucune discipline, et aborde chaque domaine en transfuge, tandis que son principal objet d’étude est la façon dont un désir fait face à l’institution. À un moment où, tant historiquement que politiquement, la politique des marges semble avoir été effacée par le capitalisme mondialisé, l’essor des géants du numérique et toutes les formes de contrôle qui en résultent, il est particulièrement intéressant de se demander où sont passées les marges, comment les penser, et en quel sens leur expérience est encore possible. Ce dossier, coordonné par Guillaume Le Blanc, propose d’aborder ces questions en parcourant l’œuvre de Michel de Certeau, afin de faire voir les vertus créatrices et critiques que recèlent les marges. À lire aussi dans ce numéro : La société française s’est-elle droitisée ?, les partis-mouvements, le populisme chrétien, l’internement des Ouïghours, le pacte de Glasgow, et un tombeau pour Proust.