Notes de lecture

Dans le même numéro

Rwanda, l’éloge du sang de Judi Rever

Les crimes du Front patriotique rwandais Trad. par Cédric Julien

janv./févr. 2021

La Canadienne Judi Rever prétend rétablir la vérité sur les événements qui ont marqué l’Afrique des Grands Lacs ces trente dernières années. Dénonçant « l’histoire officielle », elle accuse notamment le Front patriotique rwandais (FPR) d’avoir délibérément déclenché le génocide contre les Tutsi en avril 1994 en abattant l’avion du président Habyarimana, et de n’y avoir pas mis un terme mais, au contraire, d’y avoir participé, tout en commettant un génocide contre les Hutu rwandais. Judi Rever adosse ses thèses à un corpus de témoignages et à un dossier confidentiel, rendu public en 2003 par le service des « Enquêtes spéciales » du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR). Elle conclut que « le demi-dieu caché derrière ces atrocités n’est ni un personnage colonial ni une créature fictive », mais « un Africain dont les desseins se sont révélés aussi sanguinaires qu’expansionnistes » : Paul Kagame, président rwandais en poste depuis 2000.

Judi Rever présente comme un scoop la révélation de massacre

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Max Milo, 2020
480 p. 24,9 €

Romain Poncet

Romain Poncet est membre du conseil d'administration de l'association Ibuka France, chargée de perpétuer la mémoire des victimes, de poursuivre et de traduire en justice les auteurs du génocide et autres crimes contre l’humanité commis au Rwanda.

Dans le même numéro

Les femmes sont au cœur de nombreux mouvements sociaux à travers le monde. Au-delà de la vague #MeToo et de la dénonciation des violences sexuelles, elles étaient nombreuses en tête de cortège dans le soulèvement algérien du Hirak en 2019 ou dans les manifestations contre le président Loukachenko en Biélorussie en 2020. En France, leur présence a été remarquée parmi les Gilets jaunes et dans la mobilisation contre le dernier projet de réforme des retraites. Dans leur diversité, les mouvements de femmes témoignent d’une visibilité et d’une prise de parole accrues des femmes dans l’espace public, de leur participation pleine et entière aux débats sur l’avenir de la cité. À ce titre, ils consacrent l’existence d’un « sujet politique féminin ».