Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Flux d'actualités

Cléo de 5 à 7 d’Agnès Varda

Devant la plupart des films que j’aime, il y a toujours un moment où me vient, étonnée et ravie, cette réflexion : « Ça va vite et ça prend son temps ». Ce qui veut sans doute dire : « Quel plaisir de ne jamais traîner et quel bonheur de s’attarder juste là où l’on en a envie ! ». Cléo de 5 à 7 [1] est sans doute le meilleur exemple de ce paradoxe, puisque sa construction même est un jeu entre le temps et la durée. Ecoutez Agnès Varda :

« Dans chacun de mes films, il y a une contradiction. Je raconte toujours deux choses en même temps. […] Dans Cléo, le temps objectif (deux heures d’horloge entre 5 et 7 qui correspondent d’ailleurs, à une demi-heure près, à la durée réelle du film) s’oppose au temps subjectif (cinq minutes peuvent sembler deux heures, une demi-heure glisser comme une minute…) »[2]

Revoir Cléo de 5 à 7, le deuxième film d’Agnès Varda, réalisé en 1961, sorti en avril 1962 et présenté le mois suivant en compétition au Festival de Cannes, nous réserve, à chaque fois, bien d’autres joies. On y retrouve intacts cette bouffée d’air frais, ce sentiment de liberté que nous avait apportés, en 1959, l’arrivée de la Nouvelle Vague : Truffaut, Chabrol, Godard et les autres. Mais ne nous y trompons pas : si les Quatre cent coups

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Claude-Marie Trémois

Romancière et rédactrice en chef cinéma àTélérama de 1951 à 1995, Claude-Marie Trémois a été critique cinéma à la revue Esprit de 1998 à 2015.