Une manifestante tient le drapeau nicaraguayen près d'une barricade le 20 avril 2018. Wikimédia
Flux d'actualités

Au Nicaragua, une dynastie aux abois

Au Nicaragua, l'arrestation de plusieurs membres de l'opposition est un épisode de plus dans la grave crise politique qui touche le pays. Le couple despotique formé par Daniel Ortega et Rosario Murillo compte s'accaparer le pouvoir et former une dynastie. Face à cette situation, la communauté internationale doit mettre en place des sanctions qui viennent en aide à la population nicaraguayenne sans la pénaliser.

Le Nicaragua est à nouveau entré dans une crise politique majeure. Le 2 juin, la candidate la plus en vue de l’opposition, Cristiana Chamorro, membre de l’UNAB1 et fille de Violeta Chamorro – qui avait remporté les élections contre Daniel Ortega en 1990 –, a été mise aux arrêts domiciliaires. Trois autres candidats à l’élection présidentielle, Sebastián Chamorro, Félix Madariaga et Arturo Cruz ont eux aussi été arrêtés, tout comme une activiste des droits de l’homme de premier plan, Violeta Granera, une dirigeante de l’UNAB, Tamara Dávila, et un membre influent du conseil de l’entreprise privée, José Adán Aguerri. Quelques jours plus tard, ce sont d’anciens dirigeants sandinistes passés à l’opposition – Dora María Téllez, Victor Hugo Tinoco et Hugo Torres – qui ont connu le même sort, et les dirigeantes de UNAMOS2, Ana Margarita Vijil et Suyén Barahona. Le PDG de la grande banque d’affaires BANPRO, Luis Rivas, a été inquiété avec certains dirigeants des plus grandes entreprises du Nicaragua liés à la fondation de l’entreprise privée – Fundación Nicaragüense para el Desarrollo Económico y Social (Funides) –, tous sous la même accusation : « favoriser l’ingérence étrangère » dans le pays. Humberto Belli, ancien ministre du gouvernement de Violeta Chamorro et vieil opposant à Ortega, est lui aussi menacé de poursuites. Ce sont, enfin, deux des journalistes les plu

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Gilles Bataillon

Gilles Bataillon est sociologue, spécialiste de l'Amérique latine contemporaine. Il est directeur d'études à l'EHESS. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages dont Genèse des guerres internes en Amérique centrale (Belles lettres, 2003), Passions révolutionnaires : Amérique latine, Moyen-Orient, Inde (EHESS, 2011) et Violence politique en Amérique latine (Du Felin Eds, 2019). …