Wilfred Owen Brigade, 1976
Flux d'actualités

Manifeste en faveur du Nicaragua

Les Nicaraguayens ont un besoin vital du soutien de la communauté internationale pour chasser Ortega et Murillo, le couple de tyrans totalitaires.

Le 19 juillet 1979 symbolise la chute d’une des plus vieilles tyrannies dynastiques latino-américaines, celle des Somoza qui régnèrent, sans partage ou presque, de 1937 à 1979 sur le Nicaragua. Ce fut un jour de liesse populaire sans pareille. Par delà leurs différences sociales et économiques, politiques et ethniques, les Nicaraguayens aspirèrent à un renouveau moral et politique. Leur victoire contre Somoza fut certes possible parce qu’ils montrèrent un grand courage lors de l’insurrection populaire de juin-juillet 1979, mais aussi parce qu’ils surent s’accorder sur un programme de reconstruction nationale pluraliste comme sur la composition d’un gouvernement provisoire. Une autre condition sine qua non du triomphe de l’opposition anti-somoziste tint à l’appui décisif que lui apporta la communauté internationale. Le Costa Rica accepta que les guérilleros sandinistes fassent de son territoire une base arrière, Carlos Andrés Pérez, le président du Venezuela, finança largement l’insurrection, le Panama et le Mexique offrirent mille facilités et une aide logistique aux insurgés. Enfin, l’Organisation des États américains ne se contenta pas de condamner les agissements de Somoza, mais appela à sa démission. C’est dire que jamais les Nicaraguayens n’auraient pu se défaire du tyran que fut le dernier des Somoza sans ces soutiens étrangers, qui agirent au nom du droit des gens et des droits de l’homme, souvent au mépris de nombre des principes du droit international.

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Gilles Bataillon

Gilles Bataillon est sociologue, spécialiste de l'Amérique latine contemporaine. Il est directeur d'études à l'EHESS. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages dont Genèse des guerres internes en Amérique centrale (Belles lettres, 2003), Passions révolutionnaires : Amérique latine, Moyen-Orient, Inde (EHESS, 2011) et Violence politique en Amérique latine (Du Felin Eds, 2019). …