Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Flux d'actualités

Hommage à Miguel Abensour

mai 2017

#Divers

 

« Je mis un bonnet rouge… »
Victor Hugo, « Réponse à un acte d'accusation »
Les Contemplations.

 

La scénographie de Victor Hugo, flamboyante, suggérée ainsi par le souvenir d’un vers célèbre, me semble tout à fait propre à situer Miguel Abensour sur le théâtre qui lui convient : portrait du philosophe en Enjolras. Rappelons-nous Les Misérables : l’âme des Amis de l’ABC, l’insurgé des barricades de 1832, ce « soldat de la démocratie », issu de « l’école épique et redoutable que résume le mot Quatre-vingt treize », n’évoque-t-il pas à la tribune « les villes inondées de lumière, le passé aimant le présent, les penseurs en pleine liberté ? ». Comment ne pas relever ce passae spontané de la démocratie à l’étoile utopique ? Comment ne pas remarquer que c’est le mouvement même de Miguel Abensour ? Enjolras, ce héros des Misérables « tenant de Saint-Just », incarne ce mélange de démocratie révolutionnaire et de visée utopique qui caractérisait les mouvements des années 1830 et 1840, dont Marx sera frappé quand il arrivera à Paris. Hugo, à cet endroit, dit alors la vérité de Marx, recouverte par après, et c’est cette vérité tue et tuée que toute l’œuvre d’Abensour, précisément, s’acharne à faire renaître et parler.

On pourrait dire, en l’occurrence, que cette dernière revêt deux formes, exotérique et ésotérique. Pour

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !