Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Monsieur Deligny, vagabond efficace : Photo Fernand Deligny | Copyright Les Films d’Ici
Monsieur Deligny, vagabond efficace : Photo Fernand Deligny | Copyright Les Films d'Ici
Flux d'actualités

Monsieur Deligny, vagabond efficace de Richard Copans

Le documentaire de Richard Copans est la retranscription de multiples expérimentations, de pratiques nouvelles envers les enfants autistes et mutiques, inventées sur le tas, dans des tentatives au long cours.

Le regard, d’abord, ne comprend pas. Pourquoi ce petit-déjeuner préparé puis entamé en silence, sans paroles ? Pourquoi aucune musique, aucune radio, aucun « Comment vas-tu ? » ou « Tu as bien dormi ? » ? La première scène de Monsieur Deligny introduit de la sorte la pratique de sa communauté à Monoblet, fondée sur l’action et la vie ensemble, et justement un certain silence. Cette étrange ouverture illustre en fait la matière du film. Dès 1967, dans ce village du Gard, Fernand Deligny se concentre sur les enfants mutiques, en choisissant de ne pas leur parler, du moins pas à outrance ; et l’expérience paraît si concluante que plusieurs des jeunes et des soignants de l’époque apparaissent encore dans le documentaire de Richard Copans.

Sorti directement en VOD, en raison du confinement, sur le site de son distributeur Shellac et sur d’autres plateformes, Monsieur Deligny est autant un film sur la psychiatrie que sur le cinéma. Son héros développa en effet une amitié de travail avec François Truffaut, dont il relut le scénario des Quatre cents coups (1959) – le réalisateur le remercia en lui versant un petit chèque de droits d’auteur pour acheter une chèvre ! – et qu’il aida dans la préparation de L’Enfant sauvage (1969), le cinéaste envisageant de faire jouer le jeune Victor par un des enfants de Deligny, avant de comprendre que son mutisme complet em

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !