Silvio et les autres de Paolo Sorrentino © Pathé
Flux d'actualités

Vérités politiques du cinéma italien

Deux films italiens sortis en salles en 2018, L’Ordre des choses d’Andrea Segre et Silvio et les autres (titre original Loro, jeu de mot sur l’or et les autres en italien) de Paolo Sorrentino, explorent le sujet politique. Le premier raconte, à travers le parcours d’un policier transalpin, les négociations entre l’Union européenne et la Libye pour stopper les migrants avant qu’ils ne traversent la Méditerranée. Le second, comme sa version française l’indique, traite de Silvio Berlusconi, mais surtout des autres, arrivistes et politiciens naviguant autour du Milanais avant sa reconquête du pouvoir en 2008. Ces deux œuvres audacieuses et franches réfléchissent sur les changements politiques et sociaux récents.

Pour L’Ordre des choses, il faudrait presque parler de « cruauté douce » pour résumer l’intrigue, le jeu de l’acteur principal, Paolo Pierobon et le contraste, renforcé par la mise en scène, entre le calme de la vie de ce personnage et les horreurs qu’il doit observer, gérer, mitiger. Pourtant, le scénario ne vire ni à un humanisme simple, ni à un cynisme complet ; lorsque le héros reçoit un appel d’une migrante qu’il a personnellement aid&eacut

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Louis Andrieu

Etudiant à Sciences-Po Paris, cinéphile, il écrit sur le cinéma, les contenus audiovisuel et les images dans la Revue Esprit depuis 2013.