Photo : Mario Azzi
Dans le même numéro

Les tensions de l’autonomie

La société française dans la mondialisation

janv./févr. 2021

À l’ère de la mondialisation, l’autonomie est devenue un idéal social. Mais cet idéal d’époque a engendré des pathologies d’époque, suscitées par la découverte par l’individu de ses propres insuffisances. La protection sociale devrait être repensée pour tenir compte de ce nouveau visage de l’individualisme.

Le philosophe américain John Dewey écrivait en 1930 : « Le problème de construire une nouvelle individualité en consonance avec les conditions objectives dans lesquelles nous vivons est le problème le plus profond de notre temps1. » Dewey avait à l’esprit les conditions objectives de la société de masse, de la société urbaine et de la société industrielle de son époque. La question d’une nouvelle individualité ou d’un nouvel individualisme se pose-t-elle également dans notre époque de mondialisation ? Et comment se pose-t-elle ?

Je vais traiter du thème de la société sous tensions à travers les transformations de l’individualisme marquées par l’ascension de l’autonomie, en me centrant sur le cas de la société française dans le contexte de la mondialisation2. Partons d’abord d’une image que la France se donne d’elle-même : une société caractérisée par le pessimisme, la méfiance, le conflit, le mal-être, la division. Pourtant, particulièrement frappant est le décalage entre les représentations pessimistes de l’opi

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Alain Ehrenberg

Alain Ehrenberg développe le projet d'une sociologie de l'individu qui prenne en compte toutes les dimensions complexes de la question des relations sociales à l'âge de l'autonomie : rapport à soi et aux institutions, vie psychique et consommations psychotropes, course à la performance et vertige de la dépression. Il a publié récemment : La Société du malaise, Paris, Éditions Odile Jacob, 2010 et…

Dans le même numéro

Les femmes sont au cœur de nombreux mouvements sociaux à travers le monde. Au-delà de la vague #MeToo et de la dénonciation des violences sexuelles, elles étaient nombreuses en tête de cortège dans le soulèvement algérien du Hirak en 2019 ou dans les manifestations contre le président Loukachenko en Biélorussie en 2020. En France, leur présence a été remarquée parmi les Gilets jaunes et dans la mobilisation contre le dernier projet de réforme des retraites. Dans leur diversité, les mouvements de femmes témoignent d’une visibilité et d’une prise de parole accrues des femmes dans l’espace public, de leur participation pleine et entière aux débats sur l’avenir de la cité. À ce titre, ils consacrent l’existence d’un « sujet politique féminin ».