Photo de Anna Shvets
Dans le même numéro

De nouvelles organisations de travail

L’autonomie laissée aux professionnels du soin, de l’alimentation ou du transport pour organiser la réponse face à la crise de la Covid-19 a été essentielle. Comment tirer leçon de ces nouvelles méthodes de travail, sans oublier nos dispositifs de protection et de garantie démocratiques ?

La réponse de la France à la crise sanitaire sera sans doute jugée imparfaite et le temps viendra d’apprendre de cette expérience. La nature même de l’exercice risque de l’orienter, au pire vers la recherche de coupables, au mieux vers une analyse de l’ensemble des dysfonctionnements dans l’objectif louable d’y remédier. Cependant, il est peut-être plus important de comprendre quels comportements, souvent hors des procédures et de la réglementation, ont permis à une société entière de s’adapter en quelques jours à une situation absolument inédite. Toutes nos manières de travailler ont été modifiées et les aspects positifs de cette expérience peuvent contribuer à construire demain une société dans laquelle chacun se sente mieux au travail. Si, à l’inverse, l’analyse préférentielle des erreurs et des ratés alimente la course aux procédures, nous ferons exploser nos organisations de travail, à commencer sans doute par celles de l’hôpital.

La marge de manœuvre

En quelques jours, les hôpitaux français ont plus que doublé leurs capacités de réanimation, les murs entre les établissements privés et publics sont tombés, le télét

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Alexis Descatha

Professeur de santé au travail, Alexis Descatha dirige le Centre Antipoison et toxivigilance Grand Ouest (CHU). Il a rejoint l’équipe Ester (Inserm U1085 Irest/Univ Angers) pour continuer ses travaux de recherche dans le domaine de l’épidémiologie des risques professionnels et de l’urgence en milieu de travail.

Anne-Sophie Hocquet

Maître de conférences en droit privé à l'université d'Angers.

Audrey Petit

Isabelle Richard

Professeur de médecine physique et de réadaptation, 1ère vice-présidente de l'université d'Angers.

Yves Roquelaure

Dans le même numéro

Ce dossier coordonné par Jean Godefroy Bidima et Antoine Garapon fait entendre les voix multiples de l’Afrique. Depuis leur perspective propre, ces voix africaines débordent la question postcoloniale et invitent au dialogue ; elles participent à la construction d'une commune humanité autour d’un projet de respect de la vie. À lire aussi dans ce numéro double : la participation dans le travail social, les analogies historiques de la pandémie, les gestes barrières face aux catastrophes écologiques, l’antiracisme aux États-Unis et l’esprit européen de Stefan Zweig.