Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Photo : Ivan Lapyrin via Unsplash
Photo : Ivan Lapyrin via Unsplash
Dans le même numéro

Le malaise de la société russe

entretien avec

Andreï Kolesnikov

Malgré le mécontentement social et une grande anxiété liée à la perspective de la guerre, la société russe n’a pas basculé dans la contestation de masse. L’invasion de l’Ukraine changera-t-elle la donne ?

Politiste et journaliste, Andreï Kolesnikov dirige la recherche sur la politique intérieure russe au Centre Carnegie de Moscou, où, jusqu’à l’invasion de l’Ukraine, il lui a été possible de publier des analyses d’une qualité et d’une intégrité remarquables. Andreï Kolesnikov a été directeur exécutif du quotidien Novaïa Gazeta et rédacteur en chef adjoint de New Times et Izvestia. Il est lauréat de plusieurs prix de journalisme, et l’auteur, parmi d’autres ouvrages, d’une biographie du réformateur et homme d’État Egor Gaïdar.
Andreï Kolesnikov a accordé un long entretien à Esprit le 8 février 2022, deux semaines avant l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe. Le 4 mars, il nous a envoyé de Moscou sa réponse à la question : « Que signifie pour les Russes et la Russie cette guerre terriblement violente contre l’Ukraine ? » Les mots forts et sombres de notre collègue russe concluent l’entretien.

Dans une note récente pour la Fondation Carnegie1, vous écrivez que début 2022, l’humeur à Moscou est très sombre. Vous mentionnez plusieurs types d’inquiétude, liées notamment à la possibilité de la guerre. Que pouvez-vous nous dire à ce sujet ?

On peut observer un malaise, d

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Andreï Kolesnikov

Directeur de la recherche sur la politique intérieure russe au Centre Carnegie de Moscou, Andreï Kolesnikov a notamment été rédacteur en chef du journal Novaya Gazeta.

Dans le même numéro

En Ukraine et en Russie, le temps de la guerre

L’invasion de l’Ukraine en février 2022 a constitué un choc immense pour l’Europe et le monde. Elle s’inscrit néanmoins dans une forme de continuité, qui a vu le régime de Poutine se faire toujours plus répressif à l’intérieur de ses frontières, et menaçant à l’extérieur, depuis au moins 2008 et l’affrontement militaire en Géorgie, l’annexion de la Crimée en 2014 marquant une nouvelle étape dans cette escalade. Constitué en urgence en réaction au déclenchement de la guerre, le dossier de ce numéro interroge ses premières conséquences. De quelles manières les sociétés ukrainienne et russe font-elles face à la guerre ? Comment résister à la vaste opération de révisionnisme historique engagée par le régime de Poutine, dont témoigne la répression de toutes les sources indépendantes d’information, mais aussi de recherche et de connaissance ? En Ukraine, sur quelles ressources la résistance peut-elle compter ? En Russie, une opposition parviendra-t-elle à se constituer, malgré la chape de plomb qui s’est abattue sur le pays ? À lire aussi dans ce numéro : la justice entre les générations, le fascisme du dedans, la politique de Lévi-Strauss, la médecine contre les robots, une autre histoire de la racialisation et la naissance de l’écoféminisme.