Dans le même numéro

Le Brexit : une affirmation des valeurs britanniques ?

décembre 2017

Le Brexit se comprend par les valeurs politiques et constitutionnelles britanniques. Il a des consequences sur l’Etat de droit et la souveraineté de la Chambre des Communes

 

Pour nombre d’experts et d’éditorialistes, le vote en faveur du Brexit s’explique principalement par des causes conjoncturelles. L’immigration importante vers les îles britanniques a été mal gérée ; la crise économique a entraîné un accroissement d’inégalités sociales déjà criantes sans que l’Union européenne apparaisse comme une protection pour les plus faibles et les violences de terroristes islamistes n’ont fait qu’attiser la peur de l’autre. Pourtant, le choix de la majorité des citoyens ne saurait être complètement réduit au contexte d’une époque. La sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne se comprend à l’aune de facteurs structurels qui tiennent à des valeurs fortement ancrées chez les Britanniques. Si la métaphore freudienne devait s’imposer, le Brexit est autant une manifestation d’un « moi » impulsif du peuple liée à la conjoncture, que l’affirmation d’un « surmoi » qui appelle un attachement à des principes multiséculaires exprimé presque inconsciemment.

Passé relati

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Aurélien Antoine

Professeur des universités, spécialiste du droit britannique, il est l'auteur de Droit constitutionnel britannique (LGDJ, 2016). Il a fondé et dirige l'Observatoire du Brexit (brexit.hypotheses.org), une plate-forme scientifique ayant pour but de suivre et d'expliquer en continu le processus de retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Dans le même numéro

Les crises que connaît l’Europe (dettes, accueil des migrants, nationalismes) pourraient fonctionner comme des cordes de rappel. Le dossier « Nous, l’Europe et les autres », coordonné par Anne-Lorraine Bujon, défend le projet européen, son identité composite et son approfondissement démocratique.